Des loopings militaires pour renforcer le lien avec la population

Pas question pour le Conseil fédéral d'interdire aux Forces aériennes les loopings lors de ...
Des loopings militaires pour renforcer le lien avec la population

Des loopings militaires pour renforcer le lien avec la population

Photo: Keystone

Pas question pour le Conseil fédéral d'interdire aux Forces aériennes les loopings lors de manifestations civiles. Les démonstrations de la Patrouille suisse renforcent les liens avec la population et permettent d'attirer les jeunes vers l'aviation.

Les manifestations militaires ne sont pas assez nombreuses pour répondre à ces objectifs. Le nombre de demandes adressées à l'armée par des organisateurs civils et l'affluence de spectateurs prouvent que ces manifestations répondent à un grand besoin, justifie jeudi le gouvernement en appelant au rejet d'une motion de la conseillère nationale Regula Rytz (Verts/BE).

La participation d'une formation militaire de vol acrobatique à des manifestations civiles triées sur le volet est judicieuse et doit se poursuivre à condition que toutes les mesures de sécurité soient respectées. Celles-ci ont été adaptées. Les distances minimales au sein de la formation et par rapport au sol ont été relevées. Un comité d'experts analyse les risques de chaque présentation en vol.

Pour la motionnaire, il faut au contraire prohiber des manoeuvres spectaculaires et risquées faisant fi des exigences normales de sécurité. Il y a eu beaucoup d'accidents. Le pire s'est produit en Allemagne en 1988 avec une escadrille italienne et a fait 70 morts et 1000 blessés. En Suisse en 2017, un Pilatus du PC-7 Team a sectionné le câble d'une caméra flottante aux championnats du monde de ski.

Coût contesté

La Suisse s'offre en outre une des formations de vol acrobatique militaire les plus luxueuses en Europe. Chaque mois, la Patrouille Suisse ou le PC-7 Team participent à une ou deux manifestations publiques ponctuant des fêtes. Pendant ce temps, des voix dénoncent le manque d'avions militaires opérationnels pour surveiller l'espace aérien et assurer des tâches militaires. La sécurité et la précarité des finances exigent la limitation des engagements aux manifestations militaires.

Le Conseil fédéral récuse aussi l'argument financier. Selon lui, les charges supplémentaires occasionnées par les deux formations de vol acrobatiques opérationnelles sont peu importantes. Contrairement à la plupart des équipes étrangères, les pilotes militaires suisses font du vol acrobatique en plus de leurs activités principales.

Les manifestations comptent comme des entraînements de vol et sont intégrés dans le budget ordinaire des heures de vol. En définitive, les vols acrobatiques sont moins onéreux que les mouvements effectués avec des FA-18.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus