Des algues pour aider à respirer dans l'espace

Ruag Space à Nyon (VD) a décroché un contrat pour la Station spatiale internationale (ISS) ...
Des algues pour aider à respirer dans l'espace

Des algues pour aider à respirer dans l'espace

Photo: Agence spatiale européenne

Ruag Space à Nyon (VD) a décroché un contrat pour la Station spatiale internationale (ISS). Il doit développer et faire la démonstration de l'efficacité d'un système de recyclage d'air à partir de micro-algues.

Si l'Homme veut un jour aller sur Mars ou au-delà, il faut développer des technologies pour assurer le recyclage de l'air, de l'eau et des déchets humains dans un circuit fermé. Pour l'air, les algues sont particulièrement utiles, puisque près de 50% de la production mondiale d'oxygène provient de ces végétaux, rappelle lundi Ruag Space dans un communiqué.

Les algues sont efficaces pour régénérer l'air par photosynthèse. Elles sont donc particulièrement bien adaptées pour les cabines spatiales habitées par un équipage. Mais cela implique le développement de photobioréacteurs spécialisés qui soient en mesure de cultiver ces micro-organismes en micro-gravité et en gravité partielle.

Démonstrateur de taille réduite

Le site nyonnais de Ruag, qui dispose de nombreuses années d'expérience dans le développement de bioréacteurs spatiaux, vient de se voir confier un projet par l'Agence spatiale européenne: développer un démonstrateur de taille réduite d'un système de recyclage d'air utilisant des micro-algues, appelé BIORAT.

Ce photobioréacteur ajustera l'éclairage des algues pour leur faire produire la quantité d'oxygène nécessaire à l'équipage, en fonction du niveau d'activité. Le démonstrateur BIORAT s'appuie sur une expérience de vol antérieure, appelée ArtemISS. Il doit intensifier le processus et faire la démonstration de son utilisation avec l'air provenant réellement de l'habitacle, explique l'entreprise.

A l'horizon 2024

Ce contrat donnera naissance à un prototype. La mise en service du démonstrateur technologique à bord de la station spatiale est actuellement prévue pour 2024, ajoute l'entreprise.

A noter que la technologie ne permettra pas seulement aux astronautes de respirer, mais qu'elle leur fournira aussi un aliment qui concentre un grand nombre de nutriments. La spiruline est en effet l'un des produits dérivés issus de ce système de recyclage, note le communiqué de presse.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus