Claude D. recourt au Tribunal fédéral contre son internement

Claude D., l'assassin de Marie, recourt une deuxième fois au Tribunal fédéral (TF). Il conteste ...
Claude D. recourt au Tribunal fédéral contre son internement

Claude D. recourt au Tribunal fédéral contre son internement

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Claude D., l'assassin de Marie, recourt à nouveau au Tribunal fédéral (TF). Il conteste l'internement ordinaire prononcé jeudi dernier par le Tribunal cantonal vaudois, mais il reste condamné à la prison à vie.

Sans surprise, Claude D. a chargé son avocate, Me Véronique Fontana, de recourir au TF. C'est son deuxième recours auprès de la Haute Cour. En mars dernier, le TF avait annulé l'internement à vie, considérant que les experts divergeaient sur l'incurabilité à vie du condamné qui est aujourd'hui âgé de 42 ans.

Le TF avait alors renvoyé le dossier devant le Tribunal cantonal, qui a décidé jeudi dernier de prononcer un internement ordinaire. C'est contre cette décision que Claude D. recourt désormais.

Discrétion

Les parties restent discrètes sur leurs intentions concernant la suite de la procédure. La semaine dernière, devant la Cour cantonale, son avocate avait plaidé les mesures thérapeutiques institutionnelles en lieu et place de l'internement. A ses yeux, Claude D. est gravement malade mentalement. Il convient, dès lors, de le soigner et de lui laisser 'une lueur d'espoir'.

Le procureur général Eric Cottier a 'pris acte' de l'annonce du recours 'alors même que les parties ne disposent pas encore des considérants de l'arrêt cantonal', a-t-il indiqué mardi à Keystone-ATS. Il ne fait aucune déclaration supplémentaire.

Me Jacques Barillon, avocat de la famille de Marie, n’est pas surpris par ce recours. Cette nouvelle étape 'signifie que la famille de Marie va devoir continuer de souffrir'. 'S’il restait à démontrer que Claude D. se situe au-delà de la limite du mal, c’est fait'.

Pour mémoire, Claude D. a été condamné une première fois en 2000 à 20 ans de prison pour le meurtre de sa petite amie. Alors qu'il est aux arrêts domiciliaires - avec un bracelet électronique à la cheville - il enlève Marie à la sortie de son travail, à Payerne (VD). Après un long huis clos dans sa voiture, il la tue durant la nuit du 13 au 14 mai 2013 dans une forêt près de Châtonnaye (FR).

/ATS
 

Actualités suivantes