Christian Levrat réélu pour un 3e mandat à la tête des socialistes

Christian Levrat a été réélu à la présidence du parti socialiste dimanche lors du congrès du ...
Christian Levrat réélu pour un 3e mandat à la tête des socialistes

Christian Levrat réélu pour un 3e mandat à la tête des socialistes

Photo: Keystone

Christian Levrat a été réélu à la présidence du parti socialiste dimanche lors du congrès du PS à Thoune (BE). Les délégués se penchent aussi sur les relations de la Suisse avec l'Union européenne, au 2e jour de leur rencontre.

Le Fribourgeois de 46 ans a été élu pour un troisième mandat à l'unanimité. Il pilote le parti à la rose depuis 2008, année où il avait succédé au conseiller national Hans-Jürg Fehr (SH).

Tamara Funiciello, 26 ans et co-présidente de la Jeunesse socialiste (JS), rejoint la direction du parti: elle a été élue comme vice-présidente du PS avec une seule voix contre. La secrétaire syndicale, double nationale italo-suisse, avait rejoint le Parlement de la Ville de Berne la semaine dernière.

La jeune femme succède à Fabian Molina, également ex-président de la JS. Dans son discours d'adieu, il l'a qualifiée de 'militante et intelligente'.

Les autres vice-présidentes et vice-président ont été réélus à leur tour: les conseillers nationaux Marina Carobbio Guscetti (TI), Beat Jans (BS) et Barbara Gysi (SG) sans oublier la conseillère d'Etat Géraldine Savary (VD).

Relation avec l'UE

Le parti socialiste va revenir sur un des points de la 'feuille de route' en matière de politique européenne, adoptée à La Chaux-de-Fonds (NE) au printemps. Elle définit la manière dont la Suisse doit entrevoir ses relations à long terme avec l'Europe.

Cette 'feuille de route' lance l'idée d'un 'EEE 2.0', un accord multilatéral qui se situerait entre les bilatérales et l'adhésion à l'Union européenne. Pour le PS, l'Europe est un thème incontournable cette année avec la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse.

Les délégués se prononceront également sur une réforme interne pour permettre au PS de rester un parti, fort de membres actifs, capable de lancer une campagne. Une éventuelle participation financière plus importante des élus et des conseillers fédéraux est à l'ordre du jour. Il doit aussi dire s'il est prêt à accepter exceptionnellement des dons d'entreprises ou de banques. L'argent servirait à la campagne contre la troisième réforme fiscale des entreprises.

Votations du 12 février

Les délégués vont prendre position sur les trois objets soumis en votations fédérales le 12 février 2017: la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III), le fonds pour les routes et le trafic d'agglomération (FORTA) et la naturalisation facilitée pour la 3e génération.

Samedi, les délégués ont refusé de suivre le groupe mené par les conseillers aux Etats Pascale Bruderer Wyss (AG) et Daniel Jositsch (ZH) qui demandait le renvoi d'un papier de position sur la 'démocratie économique', jugé trop à gauche.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus