Bataille autour d'un ajout à l'acte d'accusation

Le troisième procès d'Erwin Sperisen s'est ouvert lundi à Genève. La proposition du Ministère ...
Bataille autour d'un ajout à l'acte d'accusation

Erwin Sperisen a décidé ne de pas répondre aux questions

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Erwin Sperisen, ancien chef de la police nationale du Guatemala, a décidé de garder le silence lors de son troisième procès pour assassinats qui s'est ouvert lundi à Genève. 'Tout ce que j'ai dit a été retourné contre moi', s'est-il justifié.

'J'ai montré de la disponibilité pour collaborer avec le Ministère public et je me suis fait traiter comme un homme en fuite', a expliqué Erwin Sperisen devant la Chambre pénale d'appel et de révision de Genève. 'Tout ce que j'avais à dire, je l'ai déjà dit et vous pouvez vous référer à mes déclarations précédentes'.

A la suite de ces déclarations, la présidente du tribunal a décidé de suspendre l'audience qui reprendra mardi avec l'interrogatoire des deux enquêteurs de la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala (CICIG). Il s'agit des deux seuls témoins à ce procès.

/ATS
 

Actualités suivantes