Alain Berset: « Une très bonne nouvelle pour la population »

'La baisse des primes maladie est une très bonne nouvelle pour la population suisse'. C'est ...
Alain Berset: « Une très bonne nouvelle pour la population »

Alain Berset:

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

'La baisse des primes maladie est une très bonne nouvelle pour la population suisse'. C'est le fruit d'efforts continus de la Confédération pour endiguer les coûts de la santé et diminuer les réserves des caisses, a commenté mardi le ministre de la santé Alain Berset.

Ce résultat tient au calcul au plus près des primes par rapport aux coûts de la santé estimés en 2022, aux réductions volontaires des réserves de certains assureurs, mais aussi à l'ensemble des mesures prises par le Conseil fédéral pour réduire les coûts de la santé, a déclaré devant la presse le chef du Département fédéral de l'Intérieur.

La réduction de la prime moyenne de 0,2% est à combiner aux 380 millions de francs que les assureurs vont reverser aux assurés au titre de réduction des réserves, a précisé le ministre. Ces deux éléments vont permettre une diminution de plus de 1% du poids réel des primes pour les ménages suisses, a-t-il précisé.

Réserves trop hautes

Cette première baisse depuis 2008 confirme une évolution à bas niveau depuis quelques années. Mais depuis, peu, une action déterminée est en cours pour diminuer les réserves des assureurs. Celles-ci sont encore trop élevées, à 12,4 milliards de francs.

Le minimum légal se monte à six milliards de francs. Le conseiller fédéral attend des caisses d'autres réductions. Certaines ont déjà annoncé un programme pour ces prochaines années.

On ne peut cependant pas faire de pronostic sur l'ampleur des remboursements de réserves ces prochaines années, car on ne connaît pas l'évolution des coûts de la santé à venir. Ces derniers ont tendance à augmenter. L'objectif est d'éviter les chocs et de continuer de stabiliser les primes.

Rapport sur l'impact du Covid

Le travail n'est donc pas terminé. Deux paquets de mesures sont sur les rails pour endiguer cette hausse des coûts. La stabilité obtenue sur le front des primes ne devrait pas freiner la volonté politique d'agir au Parlement, selon Alain Berset.

Les coûts de la pandémie du coronavirus est très difficile à évaluer. Il y a des coûts directs comme la prise en charge de patients et indirects comme le report d'opération. Le gouvernement prépare un rapport sur les conséquences financières pour la fin de l'année. Il est pour l'heure impossible de chiffrer l'impact que cela pourrait avoir sur les primes.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus