La Russie exige de la Suisse qu'elle « revienne à la neutralité »

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a demandé à la Suisse de revenir à ...
La Russie exige de la Suisse qu'elle « revienne à la neutralité »

La Russie exige de la Suisse qu'elle

Photo: MFA Russia (Twitter)

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a demandé à la Suisse de revenir à sa 'politique de neutralité' lors d'une rencontre avec le président de la Confédération Ignazio Cassis à New York, selon le ministère russe des Affaires étrangères sur Twitter.

Cette neutralité a permis à la Suisse d'être reconnue sur la scène internationale au cours des années précédentes, pouvait-on lire sur le canal officiel tôt jeudi matin. Ignazio Cassis a déclaré après la rencontre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU qu'il a demandé à Sergueï Lavrov de renoncer aux 'soi-disant' référendums dans les territoires occupés de l'Ukraine. Et il a exprimé sa profonde inquiétude face à la menace du recours aux armes nucléaires.

Le ministère russe des Affaires étrangères a publié sur Twitter une photo de Sergueï Lavrov et d'Ignazio Cassis se serrant la main, ce qui a suscité des critiques en Suisse et sur les réseaux sociaux. Il est juste et important que la Suisse continue de dialoguer avec la Russie', a déclaré le conseiller national PS zurichois Fabio Molina sur Blick TV.

Mais le pouvoir des images est extrêmement important dans une telle guerre de propagande. C'est pourquoi il est très maladroit que le président de la Confédération se soit ainsi laissé piéger sur une photo, où il apparaît souriant. 'Il y a des rencontres où l'on prend une photo et d'autres où l'on n'en prend pas', estime Fabio Molina.

Pascal Couchepin à la rescousse

Le chef du groupe parlementaire du Centre, Matthias Bregy (VS), a lui aussi réagi avec colère sur Blick.ch. Pour lui, il est 'incompréhensible que l'on se laisse abuser par la machine de propagande russe avec une photographie'.

Le chef du PLR Thierry Burkart est venu à la rescousse de son conseiller fédéral en déclarant que si l'on voulait offrir ses bons offices, il fallait parler à Sergueï Lavrov et qu'une poignée de main en faisait partie. 'Une photo de celle-ci est malheureuse, mais parfois on ne peut pas l'éviter', a-t-il déclaré au Blick.ch.

Ignazio Cassis a également reçu le soutien de l'ancien conseiller fédéral et collègue de parti Pascal Couchepin. La critique est 'ridicule', a déclaré le Valaisan à la SRF. Une telle photo fait tout simplement partie de la vie, on ne peut pas l'éviter.

Et le fait qu'Ignazio Cassis sourit à cette occasion est normal. Ce qui est bien plus important, c'est que le président de la Confédération ait parlé clairement lors de la rencontre et critiqué les référendums fictifs dans les territoires ukrainiens occupés.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également publié sur Twitter des photos de Sergueï Lavrov serrant la main du président de l'Assemblée générale de l'ONU Csaba Körösi, du ministre vénézuélien des Affaires étrangères Carlos Trotosa, du président d'Afrique centrale Faustin-Archange Touadera, du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shukri, du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et du président du CICR Peter Maurer.

/ATS

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus