Le Parlement fixe l'âge de la retraite des femmes à 65 ans

Le Conseil national suit les Etats sur la réforme de l'AVS. Les femmes devront ainsi travailler ...
Le Parlement fixe l'âge de la retraite des femmes à 65 ans

Le Conseil national suit les Etats sur la réforme de l'AVS. Les femmes devront ainsi travailler un an de plus pour percevoir une rente AVS complète

Hommes et femmes doivent partir à la retraite au même âge, a décidé le Parlement. (Photo : illustration KEYSTONE / Gaëtan Bally). Hommes et femmes doivent partir à la retraite au même âge, a décidé le Parlement. (Photo : illustration KEYSTONE / Gaëtan Bally).

Les femmes devront travailler une année de plus pour percevoir une rente AVS complète. L'opposition de la gauche n'a pas suffi. Après le Conseil des Etats, le National a accepté mercredi, par 124 voix contre 69, de relever à 65 ans l'âge de la retraite des femmes.

Cette augmentation se fera en quatre étapes de trois mois chacune, a expliqué Philippe Nantermod (PLR/VS) au nom de la commission. Elle commencera un an après l'entrée en vigueur de la réforme. Le relèvement de l'âge de la retraite des femmes a été refusé en votation populaire en 2004 et en 2017, a-t-il affirmé. Mais elle devrait permettre à l'AVS d'économiser 1,2 milliard de francs.

L'AVS est un système social et solidaire, a estimé Barbara Gysi (PS/SG). Il est inacceptable que la principale mesure consiste à augmenter l'âge de la retraite des femmes. Cette solution sera rejetée "tant qu'on ne mettra pas fin à la discrimination salariale", selon elle.

Si les femmes et les hommes recevaient le même salaire, l'AVS percevrait 825 millions de francs supplémentaires par année et le relèvement de l'âge de la retraite des femmes serait inutile.

Cette question est l'une des principales raisons des rejets des réformes précédentes, a reconnu le ministre des assurances sociales Alain Berset. Les mesures compensatoires qui sont prévues devraient permettre de faire accepter le projet.


Plusieurs modèles

Plusieurs modèles de compensation ont été discutés. La solution du Conseil fédéral coûterait 700 millions de francs. Le Conseil des Etats l'a allégé, portant les coûts à 430 millions. Le National s'est rapproché du gouvernement en proposant un modèle à 670 millions.

Ce projet devrait être plus généreux pour les femmes à bas revenu. Pour les six premières cohortes de femmes, soit celles nées entre 1959 et 1964, la compensation irait de 50 francs à 150 francs par mois en fonction du salaire.

Elle serait de 150 francs pour les revenus déterminants inférieurs à 57'360 francs, de 100 francs pour les revenus supérieurs à 57'360 francs et inférieur à 71'700 francs et de 50 francs pour les revenus supérieurs à cette somme.

Les Vert'libéraux ont tenté un compromis concernant les années de transition entre la solution du Conseil fédéral de neuf ans et celle du Conseil des Etats de six ans. Leur proposition de prendre en compte les huit premières cohortes a été rejetée, malgré le soutien de la gauche, par 110 voix contre 83.

Le débat se poursuit dans l'après-midi. /ATS-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus