Le Conseil national refuse de couper dans l'aide au développement

Pas question de tailler encore dans l'aide au développement. Le Conseil national a refusé jeudi ...
Le Conseil national refuse de couper dans l'aide au développement

Le Conseil national refuse de couper dans l'aide au développement

Photo: KEYSTONE

Pas question de tailler encore dans l'aide au développement. Le Conseil national a refusé jeudi par 100 voix contre 88 de raboter 100 millions de francs supplémentaires sur ce poste dans l'examen du budget 2018.

Proposée par la commission, cette coupe était soutenue par l'UDC et le PLR. Mais une partie des PLR n'ont pas suivi, au grand soulagement des autres partis. Pour Thomas Egger (PDC/VS), cette mesure aurait constitué 'un camouflet pour tous les collaborateurs de l'aide au développement'. Des économies ont déjà été effectuées, a argué pour sa part Ursula Schneider Schüttel (PS/FR).

'La Suisse est un des pays les plus riches du monde, elle doit donc assumer une responsabilité', a plaidé Tiana Moser (PVL/ZH). Une position partagée par le ministre des finances Ueli Maurer, opposé à des coupes supplémentaires. Il a rappelé aux élus que l'objectif de la Suisse est d'allouer 0,5% de son produit intérieur brut (PIB) à l'aide au développement.

Vaines tentatives

Peter Keller (UDC/NW), qui a qualifié l'aide au développement de 'nouvelle forme de colonialisme', a tenté de serrer la vis au Département des affaires étrangères dans plusieurs domaines, mais ses propositions ont toutes été repoussées assez nettement.

Les tentatives de Marina Carobbio (PS/TI) d'augmenter au contraire les moyens dans divers secteurs de la coopération au développement ont subi le même sort.

Les débats se poursuivent. Les élus doivent notamment se prononcer sur une coupe de 41 millions dans l'aide sociale aux requérants d'asile et sur l'affectation de l'argent économisé (442 millions) suite à l'échec de la réforme sur la prévoyance professionnelle.

/ATS
 

Actualités suivantes