Schneider-Ammann momentanément empêché d'accéder au Mont du Temple à Jérusalem

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a été victime d'un incident sécuritaire dimanche ...
Schneider-Ammann momentanément empêché d'accéder au Mont du Temple à Jérusalem

Schneider-Ammann momentanément empêché d'accéder au Mont du Temple à Jérusalem

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a été victime d'un incident sécuritaire dimanche à Jérusalem lors de sa visite au Proche-Orient. Le ministre de l'économie a été momentanément empêché d'accéder au Mont du Temple par des policiers israéliens.

Ces derniers ont refusé d'autoriser le personnel de sécurité helvétique, armé, de pénétrer sur le site vers 08h00 du matin, alors même qu'il avait eu la permission des autorités israéliennes de porter ses armes, comme a pu le constater un correspondant de l'ats sur place. Il aura fallu un quart d'heure de discussions pour débloquer la situation.

Plusieurs appels téléphoniques ont été faits, notamment pour joindre le responsable des services secrets israéliens, Shin Bet, en vain. D'autres responsables israéliens sont parallèlement arrivés sur place puis repartis, laissant dans l'expectative le conseiller fédéral et sa délégation de 40 personnes près de la Porte des Lions, unique porte qui soit ouverte sur la façade Est de la muraille de la Vieille Ville de Jérusalem, face au Mont des Oliviers.

Schneider-Amman calme et stoïque

Après d'âpres discussions, un compromis a finalement été trouvé: deux gardes personnels suisses pouvaient accompagner, sans armes, le chef du Département fédéral de l'économie (DEFR) tandis que les autres devaient attendre à l'entrée, gardant les armes de leurs collègues avec eux.

M. Schneider-Ammann s'est montré calme et stoïque face à cet incident: 'Ce processus ne m'a pas vraiment rendu nerveux', a-t-il déclaré à l'ats. Selon lui, il fallait surtout clarifier qui était qui et qui avait les compétences en matière de sécurité. 'Juste une clarification ni plus ni moins', rassure-t-il, avouant toutefois que cela ne lui était encore jamais arrivé auparavant.

Au final, le conseiller fédéral a pu visiter le Mont du Temple et son Dôme du Rocher ainsi que la mosquée Al-Aqsa après l'incident. La visite était dirigée par le chef de la fondation islamique Waqf, qui gère et surveille le site, Cheikh Assam Al-Khatib.

/ATS
 

Actualités suivantes