L'exosquelette de l'EPFL crée l'événement au Salon des inventions

'C'est un rêve qui devient réalité!' Portant un exosquelette conçu à l'EPFL, l'athlète paraplégique ...
L'exosquelette de l'EPFL crée l'événement au Salon des inventions

L'exosquelette de l'EPFL crée l'événement au Salon des inventions

Photo: Keystone

'C'est un rêve qui devient réalité!' Portant un exosquelette conçu à l'EPFL, l'athlète paraplégique Silke Pan fait sensation en marchant au Salon international des inventions à Genève. Sans éclipser les autres participants, dont certains ne manquent pas d'originalité.

Elle a les yeux qui brillent et le sourire jusqu'aux oreilles. 'C'est irréel', déclare-t-elle. Soutenue par des béquilles et entourée par les concepteurs de sa 'combinaison spéciale', elle se balade dans le public, fait le pitre en levant ses béquilles en l'air, et explique comment 'ce miracle' est possible.

Ses béquilles sont munies de touches avec lesquelles elle peut actionner différents modes sur son ordinateur de bord. Marche lente, rapide, en arrière et même le mode 'escalier'.

Eprouvant

Casque rose vissé sur la tête, tenant la rampe de la main gauche, puis la béquille de l'autre, elle en fait la démonstration, en montant les marches d'un podium, devant une cinquantaine de curieux, dont de nombreux journalistes. Puis, elle redescend, en arrière cette fois.

Elle transpire. 'C'est éprouvant', explique un membre de l'équipe, à l'origine de Twiice, le nom de ce dispositif d'assistance à la marche, créé au Laboratoire de systèmes robotiques de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. 'Elle a les bras musclés', relève un couple, venu 'voir ce qui se fait'.

Stressant

Cela demande beaucoup de force et de concentration pour manoeuvrer l'exosquelette, gérer l'équilibre, reprend Silke Pan. 'Mes pieds bougent d'eux-mêmes', s'exclame l'ancienne artiste de cirque qui est devenue paraplégique après une chute lors d'un exercice de voltige.

Voir ses jambes bouger après neuf ans d'immobilité, c'est un 'sentiment indescriptiblement fort'. 'Elle doit être trop stressée', glisse une fille d'une dizaine d'années. 'Non, elle a l'habitude, regarde les vidéos', renchérit son frère.

Des écrans, installés sur le site, la montrent faisant la démonstration. C'est déjà la cinquantième fois qu'elle fait cette expérience, atteste un des concepteurs, pendant que Silke Pan enchaîne les interviews et disparaît sous les sollicitations.

Le vélo-snowboard

Il est temps de découvrir les autres inventions du salon. Et certaines ont l'air de mériter le détour.

A l'instar de cet Irlandais, en train de pédaler entre les stands quelques mètres plus loin. Il ne passe pas inaperçu, alors qu'il glisse avec élégance au volant d'un 'vélo-snowboard'.

L'équilibre ne se fait pas de la même manière que sur une bicyclette 'classique', entre gauche et droite, mais comme sur un snowboard, entre l'arrière et l'avant, explique ce retraité. Assis en amazone, les deux jambes du même côté, il se tient sur deux 'moitiés' de guidons, placés à gauche et à droite.

But? 'Le fun! Et que les amateurs de snowboard retrouvent les mêmes sensations ou du moins similaires'.

Le tout en un

Le prochain stand pourrait, quant à lui, plaire aux fans de randonnée: il présente 'le couvert innovant'. Une fourchette, une cuillère et un couteau en un, créé par un Français.

C'est en partant dans le Grand Nord qu'il en a eu l'idée, raconte sa femme. 'Il n'avait pas pris de fourchette et il s'est aperçu qu'elle manquait quand même'.

Après avoir bien mangé, gare à ne pas s'endormir au volant, rappelle toutefois un autre stand: trois professeurs venus de Hong Kong ont inventé une application mobile qui détecte quand le conducteur s'endort et déclenche une alarme pour le réveiller.

Au total, 1000 innovations 'inédites' sont à découvrir au salon. Et plus de la moitié des exposants viennent d'Asie. 'Un signe positif et encourageant pour l'industrie suisse', selon un entrepreneur à la recherche de la bonne affaire.

/ATS
 

Actualités suivantes