Condamné à une peine avec sursis pour l'agression d'un octogénaire

Un homme de 25 ans a été condamné vendredi par le Tribunal correctionnel de Genève à deux ans ...
Condamné à une peine avec sursis pour l'agression d'un octogénaire

Condamné à une peine avec sursis pour l'agression d'un octogénaire

Photo: Keystone

Un homme de 25 ans a été condamné vendredi par le Tribunal correctionnel de Genève à deux ans de prison avec sursis pour avoir agressé brutalement, en pleine rue, une personne de 82 ans une nuit d'octobre 2012. Il a été reconnu coupable de lésions corporelles graves.

La faute du prévenu est d'une incontestable gravité, a souligné le président du tribunal Stéphane Zen-Ruffinen, mais le mobile demeure incompréhensible. Le vieil homme a reçu des coups de poing et de pied au visage et a fait un infarctus lors de l'agression. Sans l'intervention rapide des secours, il serait probablement mort.

'J'avais beaucoup bu, je ne me souviens plus' des circonstances de l'agression, a déclaré l'accusé au tribunal. Le prévenu a toutefois admis les faits, car il se trouvait à côté du vieil homme quand la police est venue l'arrêter. 'On m'a dit que c'était moi, alors que je n'ai jamais frappé quelqu'un de ma vie', a-t-il relevé.

Le tribunal a tenu compte d'une responsabilité légèrement restreinte de l'accusé. Selon M. Zen-Ruffinen, l'alcool a été l'élément déclencheur du drame. Les juges ont aussi retenu les regrets sincères exprimés par le prévenu, sa bonne conduite depuis l'agression et le fait qu'il a indemnisé spontanément sa victime.

Interdit d'alcool

L'accusé, qui a suivi une formation de menuisier, a un travail. Il vit chez ses parents et entretient une relation amoureuse. La peine de deux ans de prison est assortie d'un sursis de trois ans. Pendant la durée de mise à l'épreuve, le prévenu devra se plier à un suivi médical régulier, afin de prouver qu'il ne boit plus d'alcool.

Le procureur Julien Maillefer avait requis une peine de 30 mois de prison, dont 15 mois ferme. Pour le magistrat, l'accusé a agressé gratuitement une personne vulnérable, simplement parce qu'il était en colère cette nuit-là. L'avocate du prévenu, Caroline Renold, avait demandé une peine compatible avec le sursis complet.

L'octogénaire a subi un terrible traumatisme physique et psychologique. Il a dû être hospitalisé durant 5 mois à cause de cette agression. Avant le drame, le vieil homme était indépendant, aujourd'hui, il se trouve dans un EMS. Il est constamment en proie à un état anxieux.

/ATS
 

Actualités suivantes