Le canton de Zurich ne veut pas du chef de la diplomatie turque

Une visite du chef de la diplomatie turque est prévue dimanche à Zurich. Mevlut Cavusoglu doit ...
Le canton de Zurich ne veut pas du chef de la diplomatie turque

Le canton de Zurich ne veut pas du chef de la diplomatie turque

Photo: Keystone

Une visite du chef de la diplomatie turque est prévue dimanche à Zurich. Mevlut Cavusoglu doit y rencontrer des membres de la communauté turque alors que des villes allemandes ont annulé des meetings. Le canton de Zurich veut les imiter pour des raisons de sécurité.

C'est l'ambassade turque en Suisse qui a informé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de cette visite via une note diplomatique. Les services de Didier Burkhalter ont confirmé mercredi cette information qui était parue le même jour en ligne sur le site du Blick.

Cette note précise que M. Cavusoglu rencontrera dimanche près de l'aéroport de Zurich les consuls généraux turcs en poste en Suisse et en Autriche. Il s'entretiendra ensuite avec des membres de la communauté turque de Suisse.

Conseil fédéral interpellé

Mais les autorités du canton de Zurich ont fait savoir mercredi en fin d'après-midi par le biais d'un communiqué qu'elles ne souhaitaient pas accueillir le chef de la diplomatie turque en raison des mesures de sécurité qu'engendrerait sa venue, établissant un parallèle avec les récentes 'discussions extrêmement controversées' et les décisions allemandes.

Selon Urs Grob, secrétaire général de la direction du Département de la sécurité du canton de Zurich, 'même avec un important service de police, nous ne pouvons garantir que l'événement se produise dans le calme et sans heurt'. Il ajoute que les autorités cantonales refusent d'être tenues pour 'responsables' de cet événement, s'attendant à des 'manifestations massives'.

Le communiqué précise aussi que les autorités zurichoises ont directement demandé au Conseil fédéral 'de prendre toutes les mesures appropriées' pour annuler cette visite pour des raisons de sécurité. Le DFAE avait auparavant déjà annoncé être en contact avec la police fédérale et les autorités zurichoises pour que la sécurité soit assurée dimanche.

Burkhalter étudie la question

Interrogé par l'ats, le DFAE a confirmé avoir reçu la lettre des autorités zurichoises sur leur préoccupation sécuritaire, avec copie au Département fédéral de justice et police (DFJP) de Simonetta Sommaruga. Le chef de la diplomatie suisse 'Didier Burkhalter a demandé de faire une analyse de la situation sur les questions sécuritaires notamment à fedpol et aux services secrets', a indiqué un porte-parole du DFAE. Une décision sera ensuite prise d'ici la fin de la semaine.

Du côté du Conseil fédéral, son porte-parole André Simonazzi n'a pas souhaité faire de commentaire, renvoyant au DFAE et au DFJP. Il a simplement rappelé que certaines questions sécuritaires étaient de la compétence des cantons.

Liberté d'expression en jeu

Interrogé par l'ats sur la question de l'opinion de la Suisse quant à la réforme constitutionnelle en Turquie, le DFAE a répondu qu''une grande importance est accordée à la liberté d'expression'. Les Turcs devront se prononcer le 16 avril lors d'un référendum sur le renforcement des pouvoirs accordés au chef de l'Etat turc.

La Suisse a régulièrement fait part de son attente aux autorités turques lors de dialogues bilatéraux. Berne souhaite voir le respect de la liberté d'expression partagé par ses homologues turcs.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus