Louve abattue en Valais - enquête ouverte

Une louve a été abattue en Valais. Son cadavre a été découvert vendredi à Mayoux, dans le Val ...
Louve abattue en Valais - enquête ouverte

Louve abattue en Valais - enquête ouverte

Photo: Keystone

Une louve a été abattue en Valais. Son cadavre a été découvert vendredi à Mayoux, dans le Val d'Anniviers. Le Ministère public cantonal a ouvert une enquête. Le Groupe Loup Suisse offre une récompense pour retrouver le braconnier.

La dépouille a été trouvée dans la forêt, au lieu dit 'Le Pomy', vers 17h00 par des promeneurs. La louve adulte a été victime d'un acte de braconnage, a indiqué dimanche la police valaisanne. Elle est morte d'un tir à l'arrière de son épaule.

Le cadavre va être transporté à l'Institut de pathologie de l'Université de Berne pour y être autopsié. La police recherche des témoins.

La semaine passée, les autorités valaisannes ont annoncé la présence d'un nouveau loup, un mâle, dans la région d'Evolène. Des analyses ont aussi permis l'identification du loup de la meute d'Augstbord dans le Haut-Valais, tiré le 22 décembre dernier. Il s'agissait d'une jeune louve.

Régulation et initiative

Le tir de régulation avait été autorisé le 21 décembre avec l'accord de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Le seuil de 15 animaux de rente tués en quatre mois par un animal de la meute avait été dépassé.

Après la découverte, à fin janvier, de la présence d'une jeune louve, un nouveau tir de régulation contre un jeune individu de cette meute a été décidé. Les géniteurs devront être épargnés. La législation fédérale prévoit que le nombre d'individus abattus ne doit pas dépasser la moitié du nombre des louveteaux nés durant l'année de délivrance de l'autorisation de régulation.

Une initiative populaire lancée par le PDC du Haut-Valais a d'ailleurs été déposée mi-janvier pour limiter le nombre de grands prédateurs dans le canton. Elle demande une régulation du nombre de loups, de lynx et autres ours.

10'000 francs de récompense

Pour le Groupe Loup Suisse au contraire, la politique valaisanne qui repose sur les tirs de régulation n'empêche pas le braconnage. Et ce dernier de réclamer un moratoire. En attendant, il s'agit de mettre la main sur l'auteur du tir mortel.

En guise de participation, le Groupe Loup Suisse veut offrir une récompense de 10'000 francs à tout témoin apportant des preuves pouvant conduire au braconnier. Le groupe remettra ces éléments aux autorités de poursuite pénale; il n'est pas question de les rendre publiques.

Plus de 20 loups tués en près de 20 ans

Depuis 1998 et le retour du loup en Suisse, une vingtaine de bêtes ont été tuées. Près de la moitié l'ont été à la suite d'une autorisation de tir, dont au moins sept en Valais.

Au moins six loups sont morts consécutivement à des accidents, en particulier de la route, selon un décompte de Pro Natura. A l'image du dernier cas du Val d'Anniviers, au moins quatre autres de ces prédateurs ont été abattus illégalement.

/ATS
 

Actualités suivantes