Les effectifs de la police ont augmenté l'an dernier

Les corps de police continuent d'étoffer leurs effectifs. En 2016, deux cents nouveaux postes ...
Les effectifs de la police ont augmenté l'an dernier

Les effectifs de la police ont augmenté l'an dernier

Photo: Keystone

Les corps de police continuent d'étoffer leurs effectifs. En 2016, deux cents nouveaux postes ont été créés dans seize cantons. Actuellement, près de 18'000 agents sont en service, soit 900 de plus qu'en 2013.

C'est le canton de Berne qui a le plus augmenté le nombre de ses policiers, passant à 1984 emplois à plein temps (+43). Une hausse notable s'est également produite dans les cantons d'Argovie (34), Zurich (20 pour un total de 4036 policiers), St-Gall, Vaud et Genève (18 chacun), comme le montrent les chiffres établis par la Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS).

A l'inverse, certains cantons ont réduit le nombre de policiers: c'est le cas de Neuchâtel (-15), des Grisons et de Bâle-Campagne (-8). Au bout du compte en 2016, les effectifs au niveau national ont augmenté de 140 agents (+0,8%). En quatre ans, les corps de police cantonaux et communaux ont crû de 892 postes ou 5,2%.

'Plusieurs milliers manquent'

Depuis des années, la CCPCS exige une hausse du nombre de policiers. Son secrétaire général Max Hofmann se refuse à avancer un chiffre précis, mais pour que la police puisse remplir toutes ses tâches et la charge de travail réduite 'à un niveau normal', il manque toujours 'plusieurs milliers de postes', a-t-il déclaré à l'ats.

Actuellement, la Suisse compte un policier pour 453 habitants (452 en 2016). Les différences sont grandes d'un canton à l'autre: alors que Bâle-Ville compte un agent pour 286 habitants, le rapport est de un à 700 en Appenzell Rhodes-intérieures et en Thurgovie.

En Suisse romande, Vaud compte 1970 policiers (+17,6), Genève 1404 (+18), le Valais 649 (+1,7), Fribourg 541 (+14,5), Neuchâtel 402 (-14,6) et le Jura 156 (-3,5). Le dernier canton latin, le Tessin, compte 944 policiers (+1,9).

La CCPCS explique ces variations entre autres par la différence des tâches, les particularités cantonales comme la criminalité transfrontalière en plus ou l'organisation variable des corps de police.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus