En Suisse, plus de 90'000 participants à Erasmus entre 1992 et 2015

En Suisse, plus de 90'000 étudiants et enseignants ont pris part à Erasmus entre 1992, quand ...
En Suisse, plus de 90'000 participants à Erasmus entre 1992 et 2015

En Suisse, plus de 90'000 participants à Erasmus entre 1992 et 2015

Photo: Keystone

En Suisse, plus de 90'000 étudiants et enseignants ont pris part à Erasmus entre 1992, quand le pays a rejoint le programme d'échanges entre universités et hautes écoles, et 2015. Ceux qui en ont profité sont tout aussi nombreux à être partis depuis et vers la Suisse.

Dans le détail, 40'657 étudiants suisses ont rallié une université ou une haute école dans un autre pays européen, tandis que 41'283 jeunes ont été accueillis dans une institution helvétique, selon des chiffres de l'agence nationale responsable des échanges Movetia, repris sur le site de la RTS. Au total, 81'940 étudiants ont choisi de passer au moins un semestre en mobilité.

Le personnel enseignant peut lui aussi participer à Erasmus. Entre 1997 et 2015, plus de 8200 personnes ont pris part au programme de mobilité dans ce cadre, ce qui fait grimper à un peu plus de 90'000 le total de ses bénéficiaires partis depuis et vers la Suisse. Les chiffres pour l'année académique 2015-2016 seront dévoilés en mars, a précisé mercredi à l'ats Kathrin Müller, porte-parole de Movetia.

A l'échelle européenne, depuis la création d'Erasmus en 1987, plus de 5 millions d'universitaires ont effectué au moins un semestre à l'étranger. Parmi eux, environ 3,3 millions d'étudiants.

Toujours plus nombreux

Depuis une quinzaine d'années, tant les étudiants qui partent à l'étranger que ceux qui viennent en Suisse sont toujours plus nombreux. La progression a été particulièrement forte en 2002 et en 2003, au vu de la popularité grandissante du programme d'échanges.

Le nombre d'étudiants étrangers gagnant la Suisse est par contre en recul depuis 2014, en raison du contexte incertain lié à l'acceptation de l'initiative UDC contre l'immigration de masse. Le nombre d'étudiants venus effectuer des stages dans les universités et hautes écoles suisses a d'ailleurs plongé de 1624 en 2013-2014 à 218 lors de l'année académique suivante.

Alternative prolongée

Berne doit aujourd'hui se contenter d'une participation indirecte à Erasmus. Suite à l'acceptation de l'initiative UDC, Berne n'est plus associée que comme Etat tiers au programme de l'Union européenne (UE) pour l'éducation, la formation, la jeunesse et le sport.

Les universitaires de Suisse peuvent continuer de participer au programme de mobilité. De même, les institutions helvétiques peuvent toujours prendre part à des projets de coopération avec leurs partenaires européens. Le gouvernement a récemment prolongé d'une année, jusqu'à fin 2017, la solution transitoire mise en place pour Erasmus+ après l'acceptation de l'initiative UDC.

Ce modèle s'accompagne de restrictions et n'offre pas la même diversité qu'auparavant en termes de possibilités de participation. Le Conseil fédéral définira dès 2018 l'encouragement à plus long terme de la mobilité internationale en matière de formation. Il devra tenir compte de l'évolution des relations entre Suisse et UE.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus