20 et 25 ans requis contre les braqueurs de Thônex

Des peines de 20 à 25 ans de réclusion ont été requises mardi à l'encontre de quatre des cinq ...
20 et 25 ans requis contre les braqueurs de Thônex

20 et 25 ans requis contre les braqueurs de Thônex

Photo: Keystone

Des peines de 20 à 25 ans de réclusion ont été requises mardi à l'encontre de quatre des cinq hommes qui avaient braqué le bureau de change Migros de Thônex (GE) en 2010. L'affaire est jugée en France, à Lyon.

L'avocat général a également requis quatre ans de prison contre le cinquième accusé, poursuivi pour le vol de l'une des voitures ayant servi au hold-up. Lors de ce braquage raté, les malfrats s'en étaient pris à l'office dans des circonstances violentes et spectaculaires.

Au soir du 26 novembre 2010, les malfaiteurs arrivés à bord de deux voitures volées avaient attaqué le bureau de change armés de fusils d'assaut. Ils avaient tiré à plusieurs reprises. Surpris par deux policiers, ils avaient pris la fuite en abandonnant un complice sur place. Blessé aux bras par trois tirs policiers, ce dernier avait été interpellé en possession du butin de 660'000 euros.

Âgés de 30 à 49 ans, les accusés ont de lourds casiers judiciaires. Trois des cinq accusés, en état de récidive légale, encourent la réclusion criminelle à perpétuité. 'La justice, c'est le dernier rempart. Si elle ne joue pas son rôle, il ne reste plus rien', a déclaré le magistrat pour justifier le niveau des peines requises.

Selon le magistrat, le verdict de la cour d'assises doit s'inscrire dans 'une logique de démantèlement' de réseaux de criminalité organisée. 'Ce qui m'a frappé dans ce hold-up, c'est la violence des malfrats, leur mépris total de la vie humaine. En Suisse, c'est du jamais-vu', a plaidé l'avocat genevois Me Robert Assael, constitué partie civile pour deux policiers et le caissier du bureau de change.

A l'exception du malfaiteur interpellé sur place, les autres accusés contestent formellement leur participation au braquage. Mais leurs empreintes génétiques ont été relevées dans les deux véhicules volés, que les braqueurs n'ont pas eu le temps d'incendier. De plus, les cinq individus se connaissaient et étaient impliqués de longue date dans la délinquance.

Le verdict est attendu mercredi dans la journée.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus