Discrimination des personnes LGBTIQ : plan d’action du Conseil d’État

L’État de Neuchâtel veut agir pour protéger les droits et la santé des personnes LGBTIQ. Elles ...
Discrimination des personnes LGBTIQ : plan d’action du Conseil d’État

L’État de Neuchâtel veut agir pour protéger les droits et la santé des personnes LGBTIQ. Elles sont largement exposées aux discriminations selon une enquête présentée mercredi.

 Plus d’un tiers des personnes LGBTIQ ont été exposées à diverses formes
de discrimination dans le Canton de Neuchâtel. (Photo : Pixabay). Plus d’un tiers des personnes LGBTIQ ont été exposées à diverses formes de discrimination dans le Canton de Neuchâtel. (Photo : Pixabay).

Des mesures pour protéger les droits et la santé des personnes LGBTIQ dans le canton de Neuchâtel. Elles ont été présentées mercredi matin par le Conseil d’État. Elles découlent d’un rapport en réponse à un postulat accepté par le Grand Conseil qui demandait de faire un point de situation. Une enquête en ligne a été menée au printemps 2023 auprès des personnes concernées. Elle se base sur les 371 réponses reçues. Il en ressort que plus d’un tiers des personnes LGBTIQ sont victimes de discriminations qui vont des moqueries aux injures, en passant par du harcèlement ou des violences physiques. Autre constat : qu’il soit public, professionnel ou privé, aucun espace n’est sécure, relève Thomas Perret, co-chef de l’Office de la politique familiale et de l’égalité. 

Thomas Perret : « Les discriminations vécues comme des regards insistants qui semblent peut-être un peu banals, mais qui à force d’être répétés ont un impact lourd sur la santé psychique. »

L’enquête démontre donc que dans le canton de Neuchâtel, comme ailleurs, les personnes LGBTIQ sont exposées à des violences et des discriminations. Partant de ce constat, le Conseil d’État a ainsi déterminé trois axes d’actions, précise Florence Nater, conseillère d’État en charge de la cohésion sociale : renforcer la sensibilisation et la prévention en particulier auprès des jeunes et des professionnels, soutenir de façon ciblée des partenaires privés et désigner l’Office de la politique familiale et de l’égalité comme interlocuteur privilégié au sein de l’administration cantonale. Un demi-poste de travail sera créé et un budget annuel de 50'000 francs sera octroyé pour mettre en œuvre ces mesures.

Florence Nater : « La volonté est de renforcer le lien avec les acteurs de terrain et d’identifier les besoins pour renforcer des prestations. »

Selon des données nationales, 18% des personnes LGBTIQ en Suisse ont déclaré avoir fait au moins une tentative de suicide dans leur vie, alors que ce taux est de 3% au sein de la population en général. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus