Féminicide de Peseux : 14 ans de prison pour le meurtrier

Quatorze ans de prison et une expulsion du territoire suisse: le Tribunal criminel à Neuchâtel ...
Féminicide de Peseux : 14 ans de prison pour le meurtrier

Quatorze ans de prison et une expulsion du territoire suisse: le Tribunal criminel à Neuchâtel a rendu son verdict dans le cadre du féminicide commis en avril 2021 à Peseux. Il a reconnu le prévenu coupable de meurtre

C'est à l'Hôtel de Ville de Neuchâtel que s'est tenue l'audience mardi. (Photo : archives). C'est à l'Hôtel de Ville de Neuchâtel que s'est tenue l'audience mardi. (Photo : archives).

« Un meurtre, un féminicide, un massacre » : c’est en ces termes que le Tribunal criminel à Neuchâtel a décrit mardi les faits qui se sont déroulés en avril 2021 à Peseux. L’homme qui a tué son épouse de 23 coups de couteau a été condamné à 14 ans de prison et à une expulsion du territoire suisse pour une durée de 15 ans. Dans son verdict, la Cour a estimé que l’homme avait intentionnellement donné la mort à son épouse. Le nombre de coups portés et les endroits frappés ne laissent pas de place au doute pour les juges. Ils ne retiennent pas non plus l’humiliation dont aurait été victime le prévenu, le fait que sa femme l’aurait poussé à bout et encore moins l’histoire du marabout qui lui aurait jeté un sort. Pour la Cour, la capacité de discernement de l’homme était intacte. Les juges sont ainsi convaincus que le prévenu ment lorsqu’il dit ne pas se souvenir de ce qui s’est produit. Le meurtrier est passé à l’acte parce que la victime refusait de reprendre une relation conjugale avec lui. Pour les juges, la manière du prévenu de rejeter la faute sur la victime démontre qu’il n’a pas pris conscience de son acte. La Cour n’a pas retenu la préméditation ni le meurtre passionnel.

Elle a en revanche prononcé une expulsion de quinze ans du territoire suisse pour le prévenu. Les juges n’ont pas fait usage de la clause d’exception en lien avec ses enfants. Avant son arrivée en Suisse, 34 jours avant le drame, le prévenu n'avait pas de contacts soutenus avec eux. La Cour n’a pas non plus été convaincue qu’une expulsion dans son pays le mettrait réellement en danger. Le meurtrier a aussi été condamné à verser 35'000 francs à chacun de ses enfants pour tort moral.

Les parties ont dix jours pour annoncer leur éventuel appel. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus