Députés au chevet des poissons du Doubs

Deux députés sur les cent que compte le canton de Neuchâtel ont honoré l’invitation de la Fédération ...
Députés au chevet des poissons du Doubs

Deux députés sur les cent que compte le canton de Neuchâtel ont honoré l’invitation de la Fédération neuchâteloise des pêcheurs en rivière. Son président a voulu montrer aux élus les ravages d’un champignon inhabituellement virulent à cette période de l’année

Deux députés neuchâtelois sont venus constater de visu l'agonie des truites dans le Doubs, dimanche matin. (Photo : Thierry Christen) Deux députés neuchâtelois sont venus constater de visu l'agonie des truites dans le Doubs, dimanche matin. (Photo : Thierry Christen)

Des truites et des ombres agonisants, dévorés petit à petit par un champignon. C’est le spectacle auquel ont assisté deux députés du Grand Conseil neuchâtelois, Clarence Chollet et Patrick Erard. Ils ont répondu à l’invitation de Thierry Christen, le président de la Fédération neuchâteloise des pêcheurs en rivière. Il s’inquiète de l’attaque précoce et particulièrement virulente du saprolegnia parasitica, un champignon qui provoque des mycoses chez les poissons affaiblis. Plusieurs dizaines de victimes ont été dénombrées ces dernières semaines.

Le parasite se développe habituellement dans le courant du premier trimestre. Cette année, il sévit particulièrement tôt, avant la période de reproduction des poissons, constate Thierry Christen :

Bien que déçu du peu de députés qui ont fait le déplacement au bord du Doubs dimanche matin, Thierry Christen comprend que les élus ont des agendas qui ne permettent pas de répondre à toutes les sollicitations. Il tient tout de même à saluer le courage des deux membres du législatif cantonal présents à Maison Monsieur :

Pour la présidente du Grand Conseil, la Verte Clarence Chollet il était important de faire le déplacement, d’abord pour se rendre compte de la situation sur le terrain, mais aussi pour échanger avec les gens qui pratiquent la rivière régulièrement :

Selon Clarence Chollet, le Grand Conseil est prêt à prendre ses responsabilités et à analyser certaines pistes pour améliorer la biodiversité :

L'état de santé du Doubs, c'est une problématique qui dépasse les frontières cantonales et même nationales. De l’avis de Thierry Christen, avant de regarder de l’autre côté de la rivière, il faut déjà améliorer les choses sur son propre territoire, à commencer par la pollution :

Thierry Christen envisage de relancer une invitation aux députés, probablement le printemps prochain. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes