Une ambitieuse usine de traitement de déchets à La Chaux-de-Fonds

Une usine d’incinération géante construite à La Chaux-de-Fonds pour valoriser les déchets de ...
Une ambitieuse usine de traitement de déchets à La Chaux-de-Fonds

Une usine d’incinération géante construite à La Chaux-de-Fonds pour valoriser les déchets de tout l’Arc jurassien. C’est le projet « Vadec évolution ». Un chantier estimé à 255 millions de francs, avec une inauguration prévue pour 2030

Cette vue des volumes de la nouvelle usine ne correspond pas à la forme définitive du futur site (photo : Vadec). Cette vue des volumes de la nouvelle usine ne correspond pas à la forme définitive du futur site (photo : Vadec).

Il s’appelle « Vadec évolution », mais pour le paysage énergétique de l’Arc jurassien, il s’agit plutôt d’une révolution. L’entreprise de valorisation des déchets ambitionne de construire d’ici 2030 une usine d’incinération flambant neuve, au sud de la parcelle de l’unité actuelle, rue de l’industrie 39. Vadec l’a annoncé mercredi matin, aux côtés de responsables de la société énergétique Viteos et du président du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds Patrick Hermann. Pour lui, ce projet constitue une chance à saisir de faire un grand pas vers la transition énergétique :

Le coût de la construction de la nouvelle usine est estimé à 255 millions de francs. Elle devrait être capable de fournir 14'000 ménages en chaleur et 20'000 ménages en électricité. Tout cela, en réduisant la pollution et les coûts d’exploitation. Mais si l’impulsion est lancée, ce n’est pas une simple question de performances. C’est dû à l’évolution des normes et à des installations vieillissantes. Antoine Grandjean, président du Conseil d’administration de Vadec :

Les porteurs du projet : Josette Frésard, Emmanuel Maître, Patrick Herrmann et Antoine Grandjean, de gauche à droite. Les porteurs du projet : Josette Frésard, Emmanuel Maître, Patrick Herrmann et Antoine Grandjean, de gauche à droite.

La modernisation est donc rendue obligatoire par l’évolution des normes. Mais pour répondre aux nouvelles règles fédérales, seul le site de La Chaux-de-Fonds fait l’affaire, comme l’explique Antoine Grandjean :

Un immense chantier dans les rues

Afin d’exploiter l’énergie thermique produite par la nouvelle usine d’incinération, le réseau de chauffage à distance va être étendu progressivement d’ici 2040. La longueur totale des conduites va plus que tripler, de 24 kilomètres de fouilles actuellement, à 86 kilomètres. Pour Josette Frésard, présidente du Conseil d’administration de Viteos, c’est faisable :

L'extension prévue du chauffage à distance (image : Viteos). L'extension prévue du chauffage à distance (image : Viteos).

Il faut donc s’attendre à voir les chantiers fleurir dans une bonne partie des rues de la ville ces prochaines années. Josette Frésard s’attend à une certaine compréhension de la part de la population :

Le coût de l’investissement total du côté de Viteos ne peut pas être chiffré pour le moment.


Une nette amélioration de l’efficacité

Le projet « Vadec évolution » doit mener à une amélioration des performances et à une réduction des émissions polluantes du réseau de valorisation des déchets de l’Arc jurassien. Le directeur de Vadec, Emmanuel Maître :

Reste le site de Cottendart à Colombier : devenu obsolète, il sera abandonné, ce qui devrait également permettre de dégager des économies. Mais le chauffage à distance CADBAR sera maintenu. Emmanuel Maître :

Après mise à l’enquête, le feu vert du projet « Vadec évolution » doit être donné en 2024. /jhi


Actualisé le

 

Articles les plus lus