Six films récompensés par le Prix Farel 2021

Trois prix et trois mentions pour le Prix Farel 2021. Ces distinctions sont venues clôturer ...
Six films récompensés par le Prix Farel 2021

Trois prix et trois mentions pour le Prix Farel 2021. Ces distinctions sont venues clôturer le Festival international de film sur la spiritualité, l’éthique et la religion qui avait lieu à Neuchâtel ce week-end

Quelques uns des lauréats du Prix Farel 2021, de gauche à droite : Pierre Maillard, Alex Gohari, Germinal Roaux et Eli Jean Tahchi. Crédits photos : Marie
Ebiner. Quelques uns des lauréats du Prix Farel 2021, de gauche à droite : Pierre Maillard, Alex Gohari, Germinal Roaux et Eli Jean Tahchi. Crédits photos : Marie Ebiner.

Trois prix n’ont pas suffi au prix Farel 2021. Lors de la cérémonie de clôture du Festival international de film sur la spiritualité, l’éthique et la religion, ce sont également trois mentions qui ont été remises. L'événement avait lieu tout le week-end au cinéma Bio à Neuchâtel. Le Palmarès se distinguait en trois catégories  : longs, moyens et courts métrages. 

Parmi les lauréats, on découvre par exemple le long métrage « On the line – Les Expulsés de l’Amérique » des français Alex Gohari et Léo Mattei. Un film qui donne la parole aux Mexicains expulsés des Etats-Unis. Comme pour toutes les autres distinctions, il n’a pas été facile de trancher pour le Jury. C’est en tout cas ce qu'explique Inès Gil, présidente du Jury du Prix Farel 2021  :

Dans la catégorie des courts métrages, c'est le film « fissure » du réalisateur Eli Jean Tahchi  qui a remporté le prix. Ce documentaire prend coeur dans un quartier populaire de Montréal où le père Robert et sa coordinatrice Jenny portent à bout de bras la dernière église du quartier. Une thématique qui touche particulièrement le réalisateur. Une sensibilité qui prend racine dans son pays d'origine : le Liban. Eli Jean Tahchi :

Pour le reste, dans la catégorie des moyens métrages, le Jury a récompensé « HautKarabakh – une terre déchirée » des français Aram Shahbazyan et Jürgen Hansen. Le jury en souligne la vigueur journalistique qui « révèle la complexité d’un conflit ancestral qui déchire les Arméniens Chrétiens et les Chiites d’Azerbaïdjan », peut-on lire dans un communiqué.

Au total, 31 films issus de toute la francophonie faisaient partie de la compétition et ont été projetés publiquement tout au long du week-end./cde


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus