Dix ans pour tentative d’assassinat

L’homme qui avait asséné 19 coups de couteau à sa femme en 2017 à Peseux passera 10 ans derrière ...
Dix ans pour tentative d’assassinat

L’homme qui avait asséné 19 coups de couteau à sa femme en 2017 à Peseux passera 10 ans derrière les barreaux. La Cour pénale a prononcé la peine à la suite d’une décision du Tribunal fédéral de retenir la tentative d’assassinat

Le Tribunal fédéral avait cassé le jugement de la Cour pénale qui avait elle même désavoué le tribunal de première instance. Au final, l'homme qui avait poignardé son épouse à 19 reprises en 2017 à Peseux passera 10 ans en prison. (Photo : archives) Le Tribunal fédéral avait cassé le jugement de la Cour pénale qui avait elle même désavoué le tribunal de première instance. Au final, l'homme qui avait poignardé son épouse à 19 reprises en 2017 à Peseux passera 10 ans en prison. (Photo : archives)

Retour à la case Cour pénale pour l’homme qui avait poignardé son épouse à 19 reprises et sa belle-sœur cinq fois en juin 2017 à Peseux. Le Tribunal cantonal neuchâtelois l’a condamné à 10 ans de réclusion et 15 ans d’expulsion du territoire suisse.

Le 3 juin 2017, il s’était acharné sur son épouse qui était sur le point de le quitter. La sœur de cette dernière, qui tentait de la protéger avait aussi essuyé plusieurs blessures à l’arme blanche.

L’affaire avait été jugée en première instance à l’automne 2018. L’homme, reconnu coupable de tentative d’assassinat avait écopé de 10 ans de prison et de 15 ans d’expulsion. La même peine que celle prononcée vendredi matin.

L’avocat de la défense avait fait appel. La Cour pénale s’était saisie du dossier au printemps 2019 et avait retenu la tentative de meurtre, plutôt que celle d’assassinat. Le prévenu était alors ressorti du tribunal avec une peine de 8 ans et demi de prison.

Insatisfaits, le ministère public et le prévenu avaient finalement saisi le Tribunal fédéral.

La plus haute instance judiciaire du pays a tranché en février de cette année. Elle a retenu la tentative d’assassinat. La tâche qui incombait vendredi à la Cour pénale du tribunal de Neuchâtel était celle de fixer la peine en regard de l’arrêté rendu par le TF.

C’est donc 10 ans de peine privative de liberté et l’expulsion. Un verdict qui a provoqué quelques râles de la part du prévenu au moment de l’énoncé. Au cours de l’audience il a dit regretter sincèrement son geste. « À cause de cette histoire je n’ai pas la possibilité de voir mon fils et cela me touche beaucoup », a-t-il déclaré. Ce à quoi le procureur a répondu : il continue de s’apitoyer sur son sort. S’il ne peut pas voir son fils, c’est sa faute.

Dans cette affaire, la Cour européenne des droits de l’homme a aussi été saisie. La défense estime que le procès n’a pas été équitable. Le prévenu avait notamment réclamé une reconstitution et une confrontation avec la partie plaignante, ce qu’il n’a pas obtenu. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus