Le Grand Conseil pour une caisse-maladie cantonale

Il a accepté mercredi une initiative cantonale qui demande à l’Assemblée fédérale de modifier ...
Le Grand Conseil pour une caisse-maladie cantonale

Il a accepté mercredi une initiative cantonale qui demande à l’Assemblée fédérale de modifier la loi sur l’assurance-maladie. L’institution permettrait de payer le même prix pour une même prestation

(Photo: LDD) (Photo: LDD)

Neuchâtel veut une caisse cantonale, régionale ou intercantonale d’assurance maladie. Le Grand Conseil a accepté mercredi par 63 voix contre 37 et 6 abstentions une initiative cantonale en ce sens. Le texte demande à l'Assemblée fédérale de modifier la loi pour accorder aux cantons cette possibilité.

Les partisans de l’initiative affirment que la création d'une telle institution permettrait de mieux contrôler les dépenses et surtout, d’assurer un même coût pour une prestation identique.

Cette caisse-maladie cantonale permettrait aussi un contrôle des dépenses ou des financements et de mutualiser les flux financiers, à l’image des caisses de chômage actuelles. Elle aurait aussi l’avantage, selon la députée la socialiste Florence Nater, de réduire les réserves financières des caisses. Ce système ne fera pas baisser les primes mais elles correspondraient à l'évolution effective des coûts de la santé.

L'institution cantonale serait chargée de fixer et percevoir les primes, de financer les coûts à charge d'assurance obligatoire de soins, d'acheter et contrôler l'exécution de tâches administratives déléguées aux assureurs et de contribuer au financement de programmes de prévention et de promotion de la santé. Elle serait indépendante et dotée d'un organe de direction dans lequel seraient notamment représentés les fournisseurs de soins et les assurés.

Le nouvel organe ne ferait pas table rase puisque les caisses d'assurance-maladie existantes perduraient. La nouvelle institution chapeauterait les caisses existantes mais les tâches administratives, comme le contrôle des factures, continueraient d'être effectuées par les assureurs.

Les opposants craignent que cette caisse cantonale deviennent un boulet pour le canton, car trop cher. Autre défaut du texte selon eux : il ne s’attaque pas au vrai problème, à savoir l’augmentation des primes.

En 2014, les Suisses ont refusé l'initiative fédérale pour une caisse publique d'assurance maladie. Les Neuchâtelois, tout comme les Vaudois, Genevois et les Jurassiens, l'avaient toutefois accepté. /ats-sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus