Retraité ligoté à Travers : peines fermes

Deux hommes ont été condamnés à de la prison ferme ce mercredi par la justice neuchâteloise ...
Retraité ligoté à Travers : peines fermes

Deux hommes ont été condamnés ce mercredi par la justice neuchâteloise pour avoir ligoté et tenté de cambrioler un septuagénaire à Travers

L'Hôtel de ville de Neuchâtel où le jugement a été rendu. L'Hôtel de ville de Neuchâtel où le jugement a été rendu.

Quinze et dix mois fermes pour deux brigands. Mercredi après-midi, le Tribunal de police à Neuchâtel a rendu son jugement à l'encontre de deux malfrats récidivistes. En septembre dernier, l'un des deux avait pénétré par effraction dans le domicile d'une personne âgée, en pleine nuit, à Travers. Il avait ligoté le septuagénaire à son lit afin de visiter les lieux à la recherche d'un supposé butin - jamais trouvé. C'est l'autre prévenu, rencontré en prison, qui lui a parlé de ce prétendu butin. Ce complice était dans les parages lors du méfait. Il a pu lui fournir les indications nécessaires pour entrer dans le bâtiment car il avait déjà cambriolé l'appartement en question.

Les deux hommes ont d'abord admis les faits avant de tenir des propos contradictoires. Le principal prévenu est reconnu coupable de tentative de vol et de brigandage, de violation de
domicile, de dommages à la propriété ainsi que de violence et menaces. Sa culpabilité est lourde. Il avait acheté des brides en plastique ainsi que des gants la veille, ce qui indique qu'il avait prémédité son coup. Raison pour laquelle le juge a requis une peine privative de liberté ferme de quinze mois. Ce dernier n'entre pas en matière quant à un possible sursis au vu des antécédents judiciaires et de la situation financière difficile du prévenu. La cour estime d'ailleurs qu'une récidive est possible.

Le second prévenu est lui reconnu coupable d'instigation de ces infractions. Il écope donc d'une peine privative de liberté ferme de dix mois. Le juge note qu'il n'a pas tiré les leçons de ses condamnations précédentes. De plus, comme son comparse, ses revenus financiers sont précaires. Toutes ces conditions ne sont pas favorables au prévenu. Exclu là aussi, pour le juge, d'accorder un sursis. / kgo-aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus