No-Billag menace aussi la science

L'initiative No-Billag soumise au vote le 4 mars menace aussi la science, ont indiqué mercredi ...
No-Billag menace aussi la science

L'Académie suisse des sciences prend position contre l'initiative qui vise à supprimer la redevance radio-TV. Elle craint que le texte ne diminue la présence des experts suisses à l'antenne

 Les milieux de la science craignent une trop grande simplification des thèmes scientifiques dictée par l'audimat.

L'initiative No-Billag soumise au vote le 4 mars menace aussi la science, ont indiqué mercredi les Académies suisse des sciences. Elles craignent notamment une mise en danger du dialogue entre science et société, ainsi qu'un affaiblissement de la transparence de l'utilisation de l'argent public et de la légitimité de la recherche.

Sans la SSR, il n'y aurait guère des journalistes scientifiques dans les chaînes de radio et de télévision. Ceux-ci produisent d'une part des émissions scientifiques et apportent d'autre part leur expertise dans les autres émissions d'information. Un tel service public ne peut être fourni par des chaînes de radio et de télévision privées, écrivent les Académies dans leur communiqué.

Sans mandat de service public, les radios et les télévisions s'orienteraient prioritairement vers les intérêts de l'économie publicitaire et suivraient les intérêts à court terme du public. Cela voudrait dire une réduction et une simplification des thèmes scientifiques au profit d'une valeur d'usage directe et de conseils pratiques.

Les médias internationaux auraient un poids nettement plus important et les experts suisses seraient par conséquent désavantagés. De plus, la diversité des thèmes - déjà limitée en cette période de concentration médiatique - en souffrirait encore plus. Enfin, les répercussions négatives se feraient sentir de manière encore plus forte dans les régions à minorités linguistiques. /ats-sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus