La Robella se développe

Le site Robella-Val-de-Travers étoffe son offre. Le permis de construire pour un pumptrack ...
La Robella se développe

Le site Robella-Val-de-Travers étoffe son offre. Le permis de construire pour un pumptrack vient d’être délivré et d’autres projets sont en attente

Le fond du parking et le talus pour l'instant recouvert d'arbres accueilleront le futur pumptrack. Le fond du parking et le talus, pour l'instant recouverts d'arbres, accueilleront le futur pumptrack.

Les projets ne manquent pas sur le site Robella-Val-de-Travers, qui concentre son développement sur la saison estivale. Trois demandes de permis de construire ont été déposées. Celle qui concerne la création d’un pumptrack vient d’être accordée. Ce sera une première dans le canton de Neuchâtel, avec une ouverture prévue pour Pâques 2018.

 

Un pumptrack en 2018

Un pumptrack, c’est une sorte de parc composé de lignes bosselées pour les trottinettes, les VTT ou les BMX. Arrivé au sommet d’une bosse, il suffit de pousser sur le guidon pour avoir l’élan nécessaire afin d’atteindre la bosse suivante. Cette pratique permet de travailler l’équilibre et de mieux maîtriser son engin avant, par exemple, de se lancer sur une piste.

Le pumptrack de la Robella sera construit à Buttes, au bas du télésiège, dans un périmètre d’environ 30 mètres sur 14, à cheval sur le parking et le talus. Les lignes de bosses seront formées en tout-venant, les virages seront goudronnés. Le budget avoisine les 90'000 francs.

 

Une piste flowtrail en 2019 ?

La société coopérative TBRC (Télésiège Buttes-La Robella et Téléskis Chasseron Nord)  souhaite améliorer et compléter les pistes de descente pour les activités estivales, tout en augmentant la sécurité. L’objectif est de quitter la route asphaltée qui est ouverte à la circulation pour emprunter des chemins de forêt. Dans cet esprit, la création d’une piste flowtrail est envisagée. Il s’agit d’un chemin en pente douce, accessible à tous puisque l’inclinaison ne dépasse pas 8%. La piste principale, longue de 500 mètres, est envisagée entre le haut du télésiège et la route, entre le chable et la montée du télésiège.

Des associations de défense de l’environnement ont fait opposition à ce projet. La procédure est pour l’instant suspendue dans l’attente d’une rencontre avec les porteurs du projet pour tenter de trouver un accord.

 

Nouvelle webcam

À l’arrivée du télésiège, une nouvelle cabane doit être construite pour ranger le matériel du téléski et de l’école de ski. Tourisme neuchâtelois veut par ailleurs installer une webcam 360 degrés en haut d’un mât, comme il en existe déjà à une dizaine d’autres endroits dans le canton. L’enquête publique était ouverte jusqu’à la fin du mois d’août, aucune opposition n’a été formulée. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus