Soixante morts au Yémen dans une frappe de la coalition

Des avions de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont frappé samedi une prison yéménite ...
Soixante morts au Yémen dans une frappe de la coalition

Soixante morts au Yémen dans une frappe de la coalition

Photo: Keystone

Des avions de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont frappé samedi une prison yéménite près d'Hodeidah, au bord de la mer Rouge. Soixante personnes, dont des détenus, ont été tuées, selon des responsables locaux, des proches et des responsables médicaux.

La prison du quartier d'al-Zaydiyah comptait 84 prisonniers quand elle a été frappée samedi soir à trois reprises, précisent ces sources. Elle se trouve à l'intérieur d'un complexe de sécurité qui a été totalement détruit.

La province d'Hodeidah est contrôlée par les rebelles houthis.

Aucune réaction n'a pu être obtenue dans l'immédiat auprès du commandement saoudien de la coalition. Il affronte les rebelles houthis au Yémen depuis mars 2015, en vue de restaurer l'autorité de l'ancien président Abd-Rabbou Mansour Hadi, renversé par les milices soutenues par l'Iran fin 2014.

Rejet d'un projet de paix

Dix-sept civils au moins ont par ailleurs été tués samedi dans le sud-ouest du Yémen dans une autre frappe de la coalition, a-t-on appris auprès d'habitants et des autorités locales.

Le président Hadi en exil a rejeté samedi un projet de paix de l'ONU, jugeant que l'accord conduirait à une poursuite de la guerre et des destructions.

S'exprimant après avoir rencontré à Riyad l'émissaire des Nations unies, Ismail Ould Cheikh Ahmed, Hadi a estimé que l'accord 'récompenserait les rebelles et pénaliserait le peuple yéménite et la légitimité', a rapporté l'agence yéménite officielle Saba.

Selon une copie du projet, le plan écarterait du pouvoir Abd-Rabbou Mansour Hadi au profit d'un gouvernement composé de figures plus consensuelles.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus