Pékin dément toute « dissimulation » dans le bilan du Covid-19

Le gouvernement chinois a démenti toute 'dissimulation' dans le bilan du Covid-19. Cette affirmation ...
Pékin dément toute « dissimulation » dans le bilan du Covid-19

Pékin dément toute

Photo: KEYSTONE/AP

Le gouvernement chinois a démenti toute 'dissimulation' dans le bilan du Covid-19. Cette affirmation arrive après une brusque augmentation du nombre de décès comptabilisés dans le pays.

'Il n'y a jamais eu aucune dissimulation et nous n'autoriserons jamais aucune dissimulation', a assuré devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian. Il a aussi estimé 'impératif que tous les pays s'unissent pour combattre l'épidémie.'

Il s'exprimait après l'annonce de 1290 morts supplémentaires à Wuhan, la ville où le virus est apparu à la fin de l'année dernière. La mairie de la ville a expliqué que ces morts n'avaient pas été comptabilisés parce qu'ils étaient décédés chez eux et non à l'hôpital. Ce nouveau décompte porte à 4632 le bilan des décès enregistré dans le pays le plus peuplé du monde.

Critiques internationales

Alors que les conditions de sortie de la crise sanitaire mondiale semblent incertaines, le président français Emmanuel Macron a mis en cause Pékin, emboîtant le pas aux dirigeants américains. Il y a 'manifestement des choses qui se sont passées qu'on ne sait pas', a-t-il déclaré au quotidien britannique Financial Times, mettant aussi en doute le bilan affiché par la Chine en termes de victimes.

A Londres, le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab a déclaré que Pékin devrait répondre à des 'questions difficiles concernant l'apparition du virus et pourquoi il n'a pas pu être stoppé plus tôt'.

Échappé d'un laboratoire ?

Le nouveau coronavirus est soupçonné d'être apparu dans un marché en plein air de Wuhan où des animaux exotiques étaient vendus vivants. D'origine animale et proche d'un virus présent chez des chauves-souris, il aurait pu s'y transmettre à l'Homme et muter.

Mais des médias américains ont ouvert une autre piste. Selon le Washington Post, l'ambassade des Etats-Unis à Pékin avait alerté Washington il y a deux ans sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire local qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Et d'après Fox News, le coronavirus actuel émanerait de ce laboratoire, même s'il s'agirait bien d'un virus naturel - et non un agent pathogène créé par les Chinois - et que sa 'fuite' serait involontaire.

/ATS
 

Actualités suivantes