Nouvelle-Calédonie - Emmanuel Macron plaide un retour « à la paix »

Le président français Emmanuel Macron a débuté jeudi matin sa visite éclair en Nouvelle-Calédonie ...
Nouvelle-Calédonie - Emmanuel Macron plaide un retour « à la paix »

Nouvelle-Calédonie: Macron contre un passage en force de la réforme

Photo: KEYSTONE/AP/Ludovic Marin

Emmanuel Macron, à l'issue d'une série de rencontres entre loyalistes et indépendantistes, a promis jeudi de ne pas faire passer 'en force' la réforme constitutionnelle à l'origine de violentes émeutes en Nouvelle-Calédonie. Il a donné un sursis de quelques semaines.

Les parties ont 'quelques semaines de plus pour négocier' un accord politique global, a dit le président de la République lors d'une conférence de presse à l'issue de son séjour expres de 24 ans dans l'Archipel du Pacfique-Sud. Il a exigé avant tout le retour à l'ordre en Nouvelle-Calédonie.

Avant de reprendre l'avion pour Paris, à 17'000 km de là, et près de 24 heures d'avion, le président français a semblé temporiser sur la question politique, mais s'est montré intraitable sur un nécessaire retour de l'ordre dans l'archipel.

'Je me suis engagé à ce que cette réforme (du dégel du corps électoral, ndlr) ne passe pas en force aujourd'hui', a-t-il déclaré lors d'un point presse.

Il faut que 'nous nous donnions quelques semaines afin de permettre l'apaisement, la reprise du dialogue en vue d'un accord global' sur l'avenir institutionnel de l'archipel, qui soit plus large que la question du corps électoral, a-t-il ajouté.

Une révision constitutionnelle prévoit que les élections, actuellement réservées aux natifs et aux résidents arrivés avant 1998 (accord de Nouméa) et à leurs descendants, soient ouvertes aux personnes ayant au moins dix ans de résidence en Nouvelle-Calédonie.

Le gel du corps électoral depuis plus de 25 ans évince des élections près d'un électeur sur cinq. Les indépendantistes y sont toutefois attachés, craignant que le dégel ne 'minorise encore plus le peuple autochtone kanak'.

Sur l'archipel, français depuis le XIXe siècle, les Kanak, soit la population autochtone mélanésienne de l'île, forment la principale communauté (plus de 41% de la population).

Référendum

Cette réforme, pour être adoptée, doit encore être approuvée par le Congrès à Versailles.

Le président français s'est engagé à faire un point d'étape 'd'ici un mois', semblant ainsi temporiser sur un vote définitif de la réforme électorale, à condition toutefois que l'ordre soit rétabli dans cette ancienne colonie française, au statut aujourd'hui de territoire de la République.

Emmanuel Macron semble ainsi adoucir quelque peu sa position sur cette question. 'Mon souhait est que cet accord puisse être soumis au vote des Calédoniens' par voie référendaire, a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat s'est de nouveau montré intransigeant sur le retour à l'ordre dans l'archipel, exigeant une levée des barrages 'dans les heures qui viennent' pour mettre fin à l'état d'urgence.

Les émeutes ont causé, depuis le 13 mai, la mort de six personnes, dont deux gendarmes mobiles, ainsi que la destruction et le pillage de nombreux bâtiments et commerces.

Ce 'mouvement d'insurrection est absolument inédit', 'personne ne l'avait vu venir avec ce niveau d'organisation et de violence', a jugé, dans la matinée à Nouméa, le président de la République lors de la visite d'un commissariat du centre de Nouméa.

Il a promis une 'aide d'urgence' pour réparer les dommages 'colossaux' provoqués par les émeutiers.

Série de rencontres

Ses déclarations interviennent après une série de rencontres avec les forces politiques locales.

A la nuit tombée, Emmanuel Macron a d'abord reçu les non-indépendantistes, dont Sonia Backès, cheffe de file de la branche radicale des loyalistes, et Philippe Dunoyer, figure de Calédonie Ensemble.

Puis il s'est entretenu avec toutes les composantes des partis favorables à l'indépendance. Assigné à résidence, Christian Tein, membre de l'UC et chef de file de la CCAT, collectif indépendantiste qui organise la contestation, était aussi présent.

Au niveau sécuritaire, le président a assuré que les quelque 3000 membres des forces de sécurité déployés 'resteront aussi longtemps que nécessaire, même durant les Jeux olympiques et paralympiques' de Paris organisés de fin juillet à début septembre.

Calme précaire

Le chef de l'Etat était accompagné des trois hauts fonctionnaires qui auront pour mission de renouer le dialogue avec les indépendantistes et non indépendantistes.

Au total, 281 personnes ont été placées en garde à vue depuis le 12 mai, à une écrasante majorité pour des atteintes aux biens, selon une source judiciaire.

Le retour au calme reste précaire. Dans le quartier populaire de Montravel, majoritairement peuplé par les communautés kanak et océanienne, des groupes de jeunes circulaient le visage masqué, avec en main des lance-pierres faits de bric et de broc, a constaté un journaliste de l'AFP.

Sur la route qui relie Dumbéa, au nord de la capitale, de nombreux barrages filtrants et des carcasses de voitures incendiées continuent de hacher la circulation.

Dans le Grand Nouméa, ces barrages se sont même renforcés dans la nuit.

Un retour à la vie normale s'est amorcé dans le centre de Nouméa, quadrillé par une forte présence policière, où de nombreux magasins ont rouvert leurs portes.

Pour ajouter à l'instabilité, l'archipel a aussi été visé par une cyberattaque 'd'une force inédite' visant à 'saturer le réseau calédonien', mais qui a été stoppée, a annoncé Christopher Gygès, membre du gouvernement collégial calédonien.

/ATS
 

Actualités suivantes