L'armée sud-coréenne dénonce le tir d'un « projectile » nord-coréen

La Corée du Nord a tiré deux 'projectiles', a annoncé jeudi l'état-major des armées sud-coréennes ...
L'armée sud-coréenne dénonce le tir d'un « projectile » nord-coréen

L'armée sud-coréenne dénonce le tir de missiles nord-coréens

Photo: KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON

La Corée du Nord a tiré jeudi deux missiles, qui se sont abattus dans la mer du Japon, a indiqué l'état-major interarmes sud-coréen. Selon un responsable américain, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, les engins étaient de courte portée.

Pyongyang a lancé le premier projectile jeudi à 05h34 (mercredi à 22h34 en Suisse) et le second à 05h57, a précisé l'état-major sud-coréen. Chacun des projectiles a parcouru une distance d'environ 430 kilomètres.

'On ne sait pas pour l'instant si Kim Jon-un a assisté à ces tirs', a indiqué un responsable sud-coréen. Les autorités sud-coréennes et américaines 'sont en train d'analyser' les caractéristiques de ces deux tirs, a-t-on ajouté.

'Notre armée suit de près la situation en cas de tirs supplémentaires et se tient prête à réagir', a précisé l'état-major sud-coréen dans un communiqué.

Tokyo a immédiatement condamné les tirs effectués par la Corée du Nord. 'S'il s'agit de missiles balistiques, c'est une violation des résolutions de l'ONU (...) Les récents tirs de projectiles sont extrêmement regrettables', a déclaré le ministre japonais de la défense Takeshi Iwaya.

Exercices américano-coréens

Un responsable américain a confirmé qu'il s'agissait d'engins à courte portée. Cette précision est importante, le président américain Donald Trump ayant affirmé par le passé que des engins de courte portée n'affecteraient pas les négociations avec Pyongyang.

'Je ne considère pas cela du tout comme une rupture dans la relation de confiance. A un certain moment, cela pourrait arriver. Mais à ce stade, non', déclarait-il en mai après des tirs de missiles nord-coréens. 'Il s'agissait de missiles de très courte portée, quelque chose de très standard', avait-il insisté.

La semaine dernière, la Corée du Nord avait laissé entendre qu'elle pourrait revoir son moratoire sur ses essais balistiques et nucléaires, en raison de la reprise annoncée des exercices militaires entre Washington et Séoul.

Le mois dernier Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un étaient convenus, lors d'une rencontre impromptue dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule, de reprendre les discussions après des mois de blocage. Mais aucune rencontre n'a eu lieu pour l'heure entre les deux parties.

'Violation' de la déclaration de Singapour

Près de 30'000 soldats américains sont déployés en Corée du Sud et les exercices annuels qu'ils mènent avec des soldats sud-coréens n'ont jamais manqué de courroucer Pyongyang. Le Nord les considère comme la répétition générale de l'invasion de son territoire.

L'échelle de ces manoeuvres prévues au mois d'août a été réduite pour faciliter le dialogue avec le Nord, mais celui-ci a dénoncé une 'violation claire' de la déclaration commune signée en juin 2018 à Singapour par le président américain et le dirigeant nord-coréen lors de leur premier sommet.

Washington exige officiellement une 'dénucléarisation totale, définitive et vérifiée de la Corée du Nord' comme condition d'un allégement des sanctions qui pèsent sur Pyongyang en raison de ses programmes nucléaire et balistique interdits.

A Singapour, les deux leaders avaient adopté un texte flou sur la 'dénucléarisation complète de la péninsule coréenne' et convenu de nouer des relations bilatérales d'un genre 'nouveau'.

/ATS
 

Actualités suivantes