L'Italie annonce reprendre son financement de l'UNRWA

Le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani a annoncé samedi la reprise des financements ...
L'Italie annonce reprendre son financement de l'UNRWA

L'Italie annonce reprendre son financement de l'UNRWA

Photo: KEYSTONE/EPA/GIUSEPPE LAMI

Le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani a annoncé samedi la reprise des financements en faveur de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa). Il l'a dit après un entretien avec le Premier ministre palestinien Mohammad Mustapha à Rome.

'J'ai informé M. Mustapha que le gouvernement a prévu de nouveaux financements en faveur de la population palestinienne d'un montant global de 35 millions d'euros (...) dont cinq seront alloués à l'Unrwa', a dit M. Tajani selon un communiqué.

'L'Italie a décidé de reprendre le financement de projets spécifiques destinés à l'assistance aux réfugiés palestiniens, mais seulement après des contrôles rigoureux qui garantissent que pas même un centime ne risque de servir à soutenir le terrorisme', a souligné M. Tajani.

Les 30 autres millions d'euros sont destinés à l'initiative 'Food for Gaza' lancée par l'Italie en collaboration avec des agences onusiennes, précise le communiqué.

M. Mustapha, dont c'était le premier voyage en Europe depuis sa nomination à ce poste en mars dernier par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a rencontré par la suite la cheffe du gouvernement italien, Giorgia Meloni.

En crise

L'Unrwa, qui coordonne la quasi-totalité de l'aide à Gaza, est en crise depuis janvier, lorsque Israël a accusé une douzaine de ses 13'000 employés de Gaza d'être impliqués dans l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Cela a conduit de nombreux pays, dont les Etats-Unis, principal bailleur de fonds, et la Suisse, à suspendre brusquement le financement de l'agence, menaçant ainsi ses efforts d'acheminement de l'aide à Gaza, bien que plusieurs Etats aient depuis repris leurs versements.

Un examen indépendant de la situation de l'Unrwa, mené par l'ancienne ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a mis en évidence certains 'problèmes liés à la neutralité' de l'agence, mais a souligné qu'Israël n'avait pas encore fourni de preuves de ses principales accusations.

Créée en 1949, l'agence emploie environ 30'000 personnes dans les territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban et en Syrie.

Relancer le processus politique

M. Tajani a en outre confirmé à M. Mustapha 'le plein soutien' de l'Italie à l'Autorité palestinienne (ANP). 'En ce qui nous concerne, nous soutenons pleinement l'ANP. En tant que présidence en exercice du G7, nous travaillons pour une période de paix, nous demandons avec force un cessez-le-feu immédiat à Gaza', a-t-il dit.

Mme Meloni a pour sa part réitéré dans un message à l'issue de sa rencontre avec M. Mustapha 'le soutien italien à tous les efforts en cours visant à parvenir à un cessez-le-feu durable, à la libération de tous les otages aux mains du Hamas et à un saut qualitatif dans l'assistance humanitaire à la population de Gaza'.

La cheffe du gouvernement italien a en outre souligné 'la nécessité de relancer un processus politique conduisant à une paix durable basée sur la solution de deux Etats'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus