Climat: « meilleure dernière chance » à la COP26 avec un rôle suisse

Dirigeants et militants du monde entier se réunissent dès dimanche à Glasgow pour trouver la ...
Climat: « meilleure dernière chance » à la COP26 avec un rôle suisse

Climat:

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Dirigeants et militants du monde entier se réunissent dès dimanche à Glasgow pour trouver la voie d'une limitation du réchauffement climatique à moins de 2°C d'ici 2100. La COP26 est la 'meilleure dernière chance'. La Suisse s'est vue confier un rôle de premier plan.

Pendant deux semaines, du 31 octobre au 12 novembre, des dizaines de milliers de participants vont tenter d'avancer contre le réchauffement climatique, six ans après l'Accord de Paris. Les discussions s'annoncent difficiles et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit 'très inquiet' face au scénario d'un échec.

Actuellement, toutes les indications sont mauvaises. Le monde s'achemine vers une augmentation de 2,7°C par rapport à l'ère préindustrielle d'ici 2100, bien plus que le maximum de 2°C souhaité. Pour atteindre cet objectif, il faudrait réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport aux engagements les plus récents des différents pays. Et même de plus de 50% pour une limitation à 1,5°C.

Dans son récent rapport, le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) a brandi la menace d'une augmentation de 1,5°C dès 2030, plus tôt que prévu. Avec comme conséquences, la multiplication des inondations ou les sécheresses qui vont déplacer des millions de personnes. La Suisse sera elle confrontée à une extinction de nombreux glaciers d'ici 2100.

Beaucoup voient dans cette conférence 'la meilleure dernière chance' pour des solutions, même si les négociateurs estiment de telles déclarations contreproductives. M. Guterres a appelé tous les pays à une neutralité carbone d'ici 2050, comme l'a prévu la Suisse, 88e émetteur mondial. Et à réduire de 45%, par rapport à il y a 10 ans, leurs émissions d'ici 2030. Une date à laquelle le Conseil fédéral veut avoir atteint une diminution de moitié sur une trentaine d'années.

Mandat à Sommaruga

A Glasgow, les objectifs seront à nouveau discutés. Comme toujours, la Suisse va présider l'un des quatre groupes de pays. Mais le chef négociateur, l'ambassadeur Franz Perrez, admet que le rejet récent de la loi sur le CO2 fragilise les possibilités pour elle d'exiger des efforts d'autres gouvernements.

La question de la contrainte pour les Etats de relayer les avancées vers leurs objectifs s'annonce agitée, alors que celles-ci seront évaluées tous les 5 ans dès 2023. Au centre des tensions, la Chine, qui a promis une neutralité carbone d'ici 2060, souhaite de la flexibilité, alors qu'elle n'en fait pas suffisamment selon les Etats-Unis.

De son côté, Washington va chercher à Glasgow à rétablir une réputation entachée après son retrait de l'Accord de Paris sous la présidence de Donald Trump. Le retour sous Joe Biden 'a provoqué une dynamique mondiale et incité probablement certains pays à établir des objectifs volontaires sur le climat plus ambitieux', a dit à Keystone-ATS la directrice de l'Institut des sciences de l'environnement de l'Université de Genève, Géraldine Pflieger.

Mais il en faut davantage, selon cette chercheuse qui fera partie de la délégation suisse. Elle souhaite un plan concret sur la réduction des émissions par chaque pays d'ici 2050. Le président de la COP Alok Sharma a chargé la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, ainsi que son homologue rwandaise de l'environnement, de trouver un calendrier acceptable pour tous sur les étapes communes dans les prochaines décennies.

Autre problème, la question du financement pour accompagner les efforts des pays en développement au-delà de 2025. Les pays riches n'ont pas réussi, malgré leur engagement, à mobiliser 100 milliards de dollars par an, privés ou publics, dès 2020.

Parmelin prévu au sommet des dirigeants

Avant Glasgow, le sommet du G20, dont les pays rassemblent l'immense majorité des émissions, doit donner samedi et dimanche en Italie une première réponse. Après plus de 600 millions de francs, publics et privés, en 2020, la Suisse va annoncer jusqu'à près de 430 millions de francs d'argent public jusqu'en 2024.

Elle a fait sa part, avait dit récemment un responsable du Départment fédéral des affaires étrangères (DFAE). Un rapport la met au deuxième rang des efforts pour le climat, notamment sur le financement, derrière la Grande-Bretagne.

La Suisse a promis de s'engager pour des solutions ambitieuses. Après le président de la Confédération Guy Parmelin au sommet de plus de 100 dirigeants lundi et mardi, Mme Sommaruga doit la représenter dès le 10 novembre. Et pour Berne, il faut éviter que ne démarre un véritable commerce mondial des émissions de gaz à effet de serre.

De plus en plus de réductions sont menées à l'étranger en échange d'une compensation financière pour compléter l'effort interne. Berne va se battre pour qu'elles ne puissent être comptabilisées deux fois. En Suisse, les discussions portent sur un maximum de 25% qui pourraient faire l'objet d'un dispositif.

/ATS
 

Actualités suivantes