Nombre record de civils afghans victimes d'attentats en 2017 (ONU)

Près de 10'500 civils afghans ont été tués ou blessés dans des violences en 2017, ont déclaré ...
Nombre record de civils afghans victimes d'attentats en 2017 (ONU)

Nombre record de civils afghans victimes d'attentats en 2017 (ONU)

Photo: KEYSTONE/AP/MASSOUD HOSSAINI

Près de 10'500 civils afghans ont été tués ou blessés dans des violences en 2017, ont déclaré jeudi les Nations unies. Le nombre global de civils tués est de 3438, et celui des blessés s'élève à 7015. Cela représente un total inférieur de 9% à celui de 2016.

Les attentats à la bombe menés par des islamistes représentent la principale forme des violences infligées aux civils l'an dernier. Les raids aériens menés par les Américains et l'armée afghane ont fait un plus grand nombre de victimes que précédemment.

Le président américain Donald Trump a exposé en août dernier une stratégie plus offensive pour l'Afghanistan, axée notamment sur l'augmentation des raids aériens. Les islamistes ont riposté par des attentats à Kaboul ces dernières semaines, qui ont fait près de 150 morts.

Les deux tiers des civils tués ou blessés, l'an dernier, l'ont été par des forces antigouvernementales. Quarante-deux pour cent du nombre total de victimes civiles ont été tuées ou blessées par des taliban, 10% par des djihadistes du groupe Etat islamique (EI) et 13% par des éléments antigouvernementaux non précisés.

Les forces progouvernementales sont responsables d'un cinquième des victimes civiles.

Attaques aveugles

Les victimes des attaques complexes (explosion, suivie de l'intrusion des assaillants) représentent 22% du total, 'le bilan le plus lourd jamais enregistré en une seule année (pour ce type d'attaques) depuis que la Manua a commencé à documenter les victimes civils du conflit afghan en 2009', insiste l'ONU.

'Les gens sont tués pendant leurs activités quotidiennes, quand ils voyagent en bus, prient à la mosquée ou simplement parce qu'ils passent à côté du bâtiment visé', relève le Haut commissaire de l'ONU aux droits humains Zeid Ra'ad Al Hussein.

L'ONU s'inquiète particulièrement de l'augmentation des attaques sectaires, qui ont visé la communauté chiite et ses mosquées, principalement Kaboul et Herat (ouest), revendiquées par le groupe Etat islamique. 'Le plus préoccupant est l'augmentation d'attaques aveugles sur des zones densément peuplées', insistent les auteurs du rapport - notamment à Kaboul qui a totalisé 16% du nombre total de victimes en 2017.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus