L'ÖVP de Sebastian Kurz en tête des élections législatives

Le Parti populaire autrichien (ÖVP, conservateur) est arrivé en tête des élections législatives ...
L'ÖVP de Sebastian Kurz en tête des élections législatives

En Autriche les bureaux de vote pour les législatives ont ouvert

Photo: Keystone

L'Autriche vote dimanche à l'occasion de législatives. Le scrutin pourrait faire du conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, le plus jeune dirigeant d'Europe et ouvrir la voie à un retour de l'extrême droite, dont il a embrassé plusieurs thèmes, au gouvernement.

Les premiers bureaux ont ouvert à 06h00 heure locale. Quelque 6,4 millions d'électeurs ont jusqu'à 17h00 au plus tard pour élire leurs députés dans ce scrutin anticipé suivi avec attention par une Europe exposée à la montée des partis populistes et anti-migrants.

En Autriche, l'extrême droite eurosceptique est ancrée sur la scène politique depuis plusieurs décennies. Elle espérait même, il y a encore quelques mois, faire élire son chef, Heinz-Christian Strache, au poste de chancelier.

Mais la donne a changé lorsque Sebastian Kurz, actuel ministre des Affaires étrangères, a pris le contrôle, en mai, d'un parti chrétien-démocrate (ÖVP) à bout de souffle et a mis fin à dix années de grande coalition avec les sociaux-démocrates. Selon les sondages, il est crédité d'une large avance avec 33% d'intentions de vote.

Avec une image de modernité, un discours très ferme sur l'immigration, des promesses d'allégements fiscaux, le 'Wunderwuzzi' (enfant prodige) de la politique autrichienne a su ranimer la flamme de l'électorat conservateur et en rajeunir la base.

Il devance dans les intentions de vote de six à huit points le chef du FPÖ Heinz-Christian Strache, 48 ans, et le chancelier social-démocrate Christian Kern, 51 ans, de 17 et 20 ans ses aînés.

Visegrad

L'Autriche, un pays prospère de 8,7 millions d'habitants, est l'un de ceux en Europe à avoir accueilli en deux ans le plus de migrants au regard de sa population (1,5%), alimentant les débats sur le coût des prestations et sur la capacité d'intégration des nouveaux venus.

Une alliance entre Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache pourrait infléchir la ligne jusqu'à présent très europhile du pays. Le FPÖ prône notamment un rapprochement avec le groupe de Visegrad, comprenant des pays comme la Pologne et la Hongrie qui multiplient les bras de fer avec Bruxelles.

Les premières estimations de résultats sont attendues à la fermeture des bureaux de vote.

/ATS
 

Actualités suivantes