Le permis d'élève conducteur bientôt dès 17 ans

Il devrait bientôt être possible d'obtenir le permis d'élève conducteur dès 17 ans. La formation ...
Le permis d'élève conducteur bientôt dès 17 ans

Le permis d'élève conducteur bientôt dès 17 ans

Photo: Keystone

Il devrait bientôt être possible d'obtenir le permis d'élève conducteur dès 17 ans. La formation devrait aussi être améliorée, simplifiée au niveau administratif et coûter moins cher. Moniteurs et organes de prévention ne sont pas complètement convaincus.

Le Conseil fédéral a mis en consultation un projet en ce sens, a annoncé vendredi l'Office fédéral des routes (OFROU) lors d'une conférence de presse à Ittigen (BE). La révision vise avant tout à mettre davantage l'accent sur l'expérience pratique des jeunes conducteurs.

Dorénavant, les personnes de moins de 25 ans devront posséder le permis d'élève conducteur depuis au moins 12 mois pour se présenter à l'examen pratique. Elles devront avoir acquis de l'expérience pratique durant cette période, et avoir suivi au minimum deux leçons individuelles d'une heure auprès d'un moniteur breveté.

Le contenu de ces leçons sera imposé: une heure pour l'apprentissage du freinage d'urgence, et une heure dédiée à une conduite efficace du point de vue énergétique.

Moins cher?

La formation actuelle en deux phases a été introduite en 2005. Les expériences faites ces douze dernières années ont montré que cette procédure doit être améliorée, a admis le directeur de l'OFROU Jürg Röthlisberger. Parfois complexe, elle est aussi perçue comme trop chère par les jeunes.

Le nombre d'heures de cours obligatoires passera ainsi de 24 à 17. A 80 ou 100 francs l'heure de cours, un élève pourrait économiser quelques centaines de francs par rapport à la situation actuelle.

Validité illimitée

Afin de maintenir à 18 ans l'âge minimal pour l'obtention du bleu, le permis d'élève conducteur pourra donc être passé dès l'âge de 17 ans révolus. Sa validité sera désormais illimitée, contre deux ans actuellement.

La période probatoire de trois ans suivant la réussite de l'examen pratique de conduite sera maintenue. Mais les nouveaux conducteurs ne devront plus suivre qu'un seul cours de formation complémentaire d'une durée de sept heures, durant les six premiers mois de la période de mise à l'essai. Sans quoi ils seront amendés.

Actuellement, ce cours s'étale sur deux jours. Les retours sur la deuxième journée de cour étaient négatifs, a dit M. Röthlisberger. Il faut éviter des répétitions.

Critiques

Deux points qui font tiquer les maîtres d'auto-école. L'Association suisse des moniteurs de conduite (ASMC) est opposée à l'abaissement à 17 ans prévu par le projet de la Confédération. L'âge de 18 ans reste approprié et répond au degré de maturité des jeunes de cet âge, écrit l'ASMC dans un communiqué.

La suppression de la seconde journée de formation inquiète aussi les moniteurs. Elle ne pourra pas être compensée par les deux leçons obligatoires d'auto-école prévues, estiment-ils.

Davantage de jeunes conducteurs?

Du côté des organes de prévention, le projet ne reçoit pas non plus de blanc-seing. Avec l'introduction du permis d'élève à 17 ans, les jeunes pourraient théoriquement se présenter à l'examen pratique le jour de leurs 18 ans, note le Bureau de prévention des accidents (bpa). Avec pour conséquence l'arrivée six mois plus tôt de 40'000 jeunes sur les routes.

Or 75% des personnes grièvement blessées et 87% des morts avaient entre 18 et 24 ans lors d'un accident de la route, rappelle l'OFROU lui-même. Cet aspect devra donc être analysé, estime le bpa.

Examen revu

L'examen pratique sera aussi revu. Il mettra davantage l'accent sur les compétences générales de conducteur des candidats, plutôt que sur les fautes commises. Un point soutenu par les moniteurs. Mais ils attendent que ces nouveaux critères soient respectés par tous les organes, et que le taux de réussite ou d'échec ne dépende plus de l'endroit où l'examen se déroule.

Finie en outre la distinction entre conduite manuelle et automatique. Les personnes ayant passé l'examen avec un véhicule automatisé pourront désormais conduire sans autre une voiture avec boîtier à vitesses.

Autre simplification, la procédure d'admission sera effectuée par voie électronique. Seule l'inscription au cours de théorie de la circulation se fera toujours avec un formulaire papier auprès du service des automobiles.

Après la consultation et l'éventuelle adaptation du projet, toutes ces mesures devraient entrer en vigueur entre 2019 et 2020.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus