L'AFC gèle l'entraide administrative avec la France

L'Administration fédérale des contributions (AFC) a suspendu l'entraide administrative avec ...
L'AFC gèle l'entraide administrative avec la France

L'Administration fédérale des contributions (AFC) a suspendu l'entraide administrative avec la France. Le litige porte sur un problème de confidentialité.

Dans un courrier daté du 29 mars, publié sur le site du quotidien L'Agefi et dont l'ats a obtenu copie, le directeur de l'AFC Adrian Hug constate que les conditions de principe de l'assistance entre les deux pays ne sont pas remplies. Une question sur ce sujet a, par ailleurs, été posée mardi au Conseil fédéral pour réponse mardi prochain.

Le litige porte sur une demande d'entraide formulée par la France dans le dossier UBS, concernant des soupçons de fraudes fiscales. Le numéro un bancaire helvétique a expliqué à l'AFC qu'il existait un problème de confidentialité au niveau des renseignements exigés par Paris. Pour Berne, les conditions nécessaires à cet échange ne sont actuellement pas remplies.

Le principe de spécialité est visé, à savoir que les renseignements ne peuvent être utilisés qu'aux fins prévues dans l'accord liant les deux pays par l'autorité compétente française. Or il semblerait que des informations liées aux données d'UBS Suisse recueillies par l'Allemagne aient été traitées dans le cadre du dossier d'UBS France.

Garanties exigées

Pour agir, les autorités helvétiques ont besoin de plus de garanties de la part de la France. Si ces dernières sont fournies, la transmission des renseignements pourra alors se poursuivre. Berne a, par ailleurs, proposé à Paris de prendre part à une réunion technique afin de clarifier les points litigieux.

Selon l'avocat fiscaliste Philippe Kenel interviewé dans L'Agefi, si les autorités françaises refusent de fournir les clarifications demandées par la Suisse, la situation peut aboutir à un rejet de la demande d'entraide administrative.

Pour rappel, en mai 2016, le fisc français avait adressé à l'AFC une demande d'assistance concernant la transmission de données relatives à plusieurs dizaines de milliers de numéros de clients d'UBS dotés d'un code de domicile correspondant à celui de la France.

Les demandes d'entraide ont littéralement explosé l'an dernier. La Suisse a reçu 66'553 demandes d'entraide administrative. La plupart venaient de France, d'Espagne, de Pologne, de Suède et des Pays-Bas. Fait notable: les Etats-Unis ne figurent plus dans le top 5 des demandeurs d'entraide.

/ATS
 

Actualités suivantes