Johann Schneider-Ammann défend l'économie suisse en Russie

Johann Schneider-Ammann a achevé mardi sa visite en Russie, accompagné d'une délégation économique ...
Johann Schneider-Ammann défend l'économie suisse en Russie

Johann Schneider-Ammann défend l'économie suisse en Russie

Photo: Keystone

Johann Schneider-Ammann a achevé mardi sa visite en Russie, accompagné d'une délégation économique. Le conseiller fédéral a cultivé les contacts au niveau ministériel afin de soutenir les intérêts de l'économie suisse.

Après avoir rencontré lundi le vice-premier ministre Igor Chouvalov, le conseiller fédéral s'est entretenu mardi à Moscou avec le ministre de l'économie Maxime Orechkine, a indiqué dans un communiqué le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

A Ekaterinbourg, Johann Schneider-Ammann a également rencontré le ministre de l'industrie et du commerce Denis Mantourov, en marge du salon industriel Innoprom.

Les deux parties ont souligné l'importance de la numérisation dans l'économie de demain et le rôle crucial de l'éducation pour réussir le passage à l'industrie 4.0. La dernière visite de Johann Schneider-Ammann en Russie remontait à 2011. Le conseiller fédéral PLR avait annulé un voyage en 2014 en raison du conflit ukrainien.

Conseil fédéral préoccupé

Moscou fait l'objet depuis 2014 de sanctions économiques de la part de l'Union européenne (UE) et des Etats-Unis. La Suisse ne s'y est pas associée, mais elle a pris des mesures pour éviter que son territoire ne soit utilisé pour les 'contourner'.

Le chef du DEFR a exprimé lors de sa visite la préoccupation du Conseil fédéral face au conflit qui perdure en Ukraine depuis plusieurs années. Il a souligné l'importance d'avancées politiques.

Pays prioritaire

La Russie est un pays prioritaire de la politique économique extérieure de la Suisse, rappelle le DEFR. Moscou figurait en 23e place parmi les partenaires économiques de la Suisse en 2016, avec un volume commercial de 3,6 milliards de francs. Les exportations helvétiques vers la Russie totalisent quelque 2 milliards.

La Suisse exporte principalement des produits pharmaceutiques et des machines en Russie. Elle importe surtout des matières premières destinées à la transformation, notamment des pierres précieuses et des métaux.

Gros potentiel de croissance

Malgré des chiffres relativement modestes, les entreprises suisses voient dans la Russie un marché qui recèle un gros potentiel de croissance. Parmi les domaines prometteurs figurent notamment l'industrie pharmaceutique, des machines (MEM), les secteurs automobile et ferroviaire, le transport et la logistique, ainsi que l'efficacité énergétique.

La délégation économique a notamment pu exprimer aux autorités russes ses réserves quant aux termes et aux délais imposés par la politique de contenu local dans la production industrielle russe décidée par le gouvernement.

Johann Schneider-Ammann effectue un véritable périple en juillet. Le Bernois va poursuivre son voyage en Indonésie, avant de rejoindre l'Arabie saoudite et de finir par les Etats-Unis.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus