Le chômage diminue en mars pour le deuxième mois consécutif

Le marché du travail en Suisse a confirmé son amélioration en mars. Le nombre de chômeurs a ...
Le chômage diminue en mars pour le deuxième mois consécutif

Le chômage diminue en mars pour le deuxième mois consécutif

Photo: Keystone

Le marché du travail en Suisse a confirmé son amélioration en mars. Le nombre de chômeurs a diminué pour le deuxième mois consécutif, reculant de 4,7% ou 7529 personnes à 152'280 par rapport à février. Le taux de chômage a reflué de 0,2 point à 3,4%.

L'évolution vient en partie confirmer les espoirs du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) d'y voir l'émergence d'un tournant conjoncturel. En février, le taux de chômage avait déjà diminué de 0,1 point à 3,6% de la population active. En janvier, il avait augmenté en revanche de 0,2 point.

La baisse de mars provient cependant largement d'un effet saisonnier. En données désaisonnalisées, elle ressort limitée à 0,8%. Les bonnes conditions météorologiques ont conduit à une hausse des effectifs dans le secteur de la construction par exemple.

Coup de pouce

'Un facteur économique a donné tout de même un coup de pouce', a expliqué vendredi en conférence téléphonique Boris Zürcher, chef de la direction du travail au SECO. Le responsable fait part de sa satisfaction sans pour autant tomber dans un enthousiasme excessif.

Le SECO prévoit un recul ces prochains mois, avant une possible remontée cet été. Il table sur un nombre moyen de chômeurs de 144'600 sur l'ensemble de l'année, pour un taux de chômage de 3,2%. Cet effectif apparaît en recul modeste par rapport au nombre moyen de 2016 (149'317).

En rythme annuel, soit au regard de mars 2016, le nombre de chômeurs en mars s'est contracté de 2% ou de 3044 personnes. Le chômage des jeunes, âgés entre 15 et 24 ans, un indicateur très observé, a reculé de 8,1% en mars sur un mois à 17'563 individus et de 7,1% en glissement annuel.

Le nombre de places vacantes annoncées aux offices régionaux de placement (ORP) affiche une hausse de 90 unités en mars à 12'131. L'effectif des demandeurs d'emploi inscrits a pour sa part diminué de 0,4% sur un an à 217'248. Outre les chômeurs, il comprend les personnes en gain intermédiaire ou en formation.

Le chômage partiel, sur la base d'un relevé en janvier, est en progression. Les réductions de l'horaire de travail ont touché 6217 personnes (+16,2% sur un mois). Tout comme le nombre d'entreprises, qui a augmenté de 13,9% à 541. En janvier 2016, 5676 personnes étaient concernées et 589 entreprises.

Toujours en janvier, 3274 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance-chômage.

Recul général

Le nombre de chômeurs a reculé dans tous les cantons romands en mars. Neuchâtel affiche toujours le taux de chômage le plus élevé, malgré une contraction de 0,3 point à 6,2% de la population active par rapport à février.

Le canton de Neuchâtel, sensible à la conjoncture de par son économie très exportatrice, a subi une forte dégradation ces derniers mois. En janvier, son taux de chômage culminait à 6,6%. En mars, le nombre de chômeurs a diminué de 307 par rapport à février à 5707.

Longtemps détenteur de la palme du canton le plus touché, Genève a vu son taux de chômage se contracter de 0,1 point à 5,4%, avec un effectif de chômeurs en baisse de 259 à 12'712. Le canton du Jura affiche lui un taux de chômage de 4,9% (-0,3 point) de la population active, avec un nombre de chômeurs de 1782 (-133).

Vaud arrive juste derrière. Le canton romand le plus peuplé comptait à fin mars 19'027 chômeurs (-960), pour un coefficient de chômage de 4,8% (-0,2 point). Le Valais, connu pour présenter des fluctuations saisonnières importantes, a enregistré une chute de son taux de chômage de 0,7 point à 3,9%, avec 6771 chômeurs (-1262).

Enfin, Fribourg affiche toujours une bonne tenue de son marché du travail, avec un taux de chômage de 2,7% (-0,2 point) seulement, le plus bas de Suisse romande de longue date. Le nombre de chômeurs dans le canton a diminué de 312 entre février et fin mars à 4499, selon les chiffres du SECO.

Quant au canton de Berne, il présente un taux de chômage en baisse de 0,1 point à 2,9%. A noter encore que le coefficient le plus faible de Suisse revient au demi-canton d'Obwald (1% en mars) et que le canton de Zurich accuse un taux de chômage de 3,8% (-0,1 point au regard de février), de 0,4 point supérieur à la moyenne nationale.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus