Quatre associations économiques contre la stratégie énergétique

La mise en oeuvre de la stratégie énergétique 2050 est trop floue et coûterait trop cher aux ...
Quatre associations économiques contre la stratégie énergétique

Quatre associations économiques contre la stratégie énergétique

Photo: Keystone

La mise en oeuvre de la stratégie énergétique 2050 est trop floue et coûterait trop cher aux entreprises. Le comité économique opposé au projet a présenté lundi ses arguments.

'Après 5 ans de discussions, la stratégie énergétique n'a pas trouvé de réponse aux questions-clés', a critiqué Hans Hess, président de Swissmem devant les médias. 'Nous ne savons pas où les politiques nous mènent', a renchéri Roland Goethe, directeur de Swissmecanic.

Incertitudes

Selon Hans Hess, l'approvisionnement en électricité de la Suisse pourrait ne pas être assuré à l'horizon 2030. Et la stratégie ne dit pas clairement comment parvenir à réduire la consommation d'électricité.

'La numérisation, l'automatisation, la mobilité électrique exigent davantage d'électricité', a-t-il remarqué, en réclamant une autre solution'. 'A court terme, la seule solution serait la construction de centrales à gaz à cycle combiné, mais elles suscitent l'opposition de la population', a complété Beat Moser, directeur de scienceindustrie.

Le coup de pouce aux énergies renouvelables est lui considéré comme 'un chèque en blanc'. L'énergie produite par le soleil ou le vent ne peut toujours pas être stockée. 'Nous allons subventionner quelque chose qui n'apporte pas de solutions', a déclaré Beat Moser.

Ce soutien financier est de plus considéré comme trop cher: le coût de l'électricité va augmenter et pourrait nuire à la branche touristique, car les prix vont devoir être adaptés à la hausse, a craint Casimir Platzer, président de Gastrosuisse.

Subventions et divisions

Il a rappelé que l'industrie est divisée sur la stratégie énergétique, de même que la droite. 'Le PLR a été opposé à la stratégie énergétique jusqu'à ce que suffisamment de subventions aient été distribuées', a-t-il critiqué.

Dans les régions de montagne, les petits restaurants et hôtels devraient se serrer la ceinture pour payer le soutien aux barrages hydroélectrique, juge-t-il.

La stratégie énergétique 2050 veut assurer la sortie de la Suisse de l'atome en augmentant la production d'énergie verte à 11'400 gigawatt d'ici 2035 et en réduisant la consommation d'énergie en Suisse. Ce soutien coûterait 40 francs par ménage et par année, selon le Conseil fédéral.

/ATS