Trump interdit les transactions avec des applications chinoises

Le président américain Donald Trump a signé mardi un décret visant à interdire d'ici 45 jours ...
Trump interdit les transactions avec des applications chinoises

Trump interdit les transactions avec des applications chinoises

Photo: KEYSTONE/AP/Evan Vucci

Le président américain Donald Trump a signé mardi un décret visant à interdire d'ici 45 jours toute transaction avec des services de paiement comme Alipay, WeChat Pay et d'autres applications chinoises qu'il considère comme des menaces pour la 'sécurité nationale'.

Le chef d'Etat qui a essayé tout l'été, en vain, de bannir le réseau social TikTok (qui appartient au groupe chinois Bytedance), accuse ces logiciels de récolter des données confidentielles et de servir à Pékin à des fins d'espionnage.

Seront interdites, après le délai, 'toutes les transactions par toute personne (...) dépendant de la juridiction des Etats-Unis, avec les personnes qui produisent ou contrôlent les applications connectées chinoises suivantes (...) : Alipay, CamScanner, QQ Wallet, SHAREit, Tencent QQ, VMate, WeChat Pay, et WPS Office', indique le décret exécutif.

La décision doit entrer en vigueur après que le président sortant ait quitté la Maison Blanche le 20 janvier.

Le décret demande au secrétaire au Commerce Wilbur Ross de déterminer si d'autres applications représentent aussi un danger, et appelle le ministre, le procureur général et le directeur des services de renseignements à faire des recommandations pour empêcher les transferts de données américaines à des adversaires étrangers.

'Ces applications ont été choisies en raison des risques', a indiqué un haut responsable du gouvernement lors d'une conférence de presse.

'Elles sont utilisées par un nombre extrêmement élevé d'utilisateurs et se trouvent sur des dizaines de millions d'appareils, il y a donc une récolte massive d'informations et de données qui vont au gouvernement chinois et dans des algorithmes, ce qui représente un risque', a-t-il continué.

Donald Trump avait déjà fait passer des décrets similaires contre TikTok et WeChat (qui appartient à Tencent), mais les recours en justice ont empêché leur entrée en vigueur.

/ATS
 

Actualités suivantes