Encore en chantier, le Pavillon de la danse se dévoile aux Genevois

Les Genevois ont pu découvrir samedi pour la première fois le futur Pavillon de la danse installé ...
Encore en chantier, le Pavillon de la danse se dévoile aux Genevois

Encore en chantier, le Pavillon de la danse se dévoile aux Genevois

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les Genevois ont pu découvrir samedi pour la première fois le futur Pavillon de la danse installé sur la place Charles-Sturm, tout près de l'Eglise russe. Encore en chantier, cette structure démontable est constituée de 84 cadres en bois de mélèze asymétriques.

Les échafaudages entourent encore le Pavillon, mais les lignes ondulantes du bâtiment se révèlent déjà. Les travaux devraient être finis en mai pour une ouverture en septembre. Le lieu sera géré par l'Association pour la danse contemporaine (ADC), qui occupe à titre provisoire, depuis 2004, la salle communale des Eaux-Vives.

Le crédit total voté en Ville de Genève pour le Pavillon de la danse s'élève à près de 13 millions de francs. Un référendum avait été lancé contre le crédit de construction, mais les opposants au projet n'avaient pas réussi à récolter les signatures nécessaires pour le faire aboutir.

Les travaux ont ainsi démarré au début 2019. Une fois le radier et le béton posés sur la place Charles-Sturm, le gros du travail s'est fait en atelier, a indiqué Jean Camuzet, architecte chez ON Architecture, le bureau lausannois qui a remporté le concours. Les éléments en bois préfabriqués ont ensuite été assemblés sur place.

Durée limitée

La structure de 20 mètres de large pour 51 mètres de long et 11 mètres de haut est démontable et transportable, comme l'exigeait le cahier des charges. Le Pavillon comprend une salle de 200 places dotée d'une bonne acoustique. Il y aura aussi un espace d'accueil pour le public, des locaux administratifs et techniques.

L'implantation du Pavillon de la danse en vieille-ville est limitée à sept ans. Cette durée provisoire a été négociée avec les riverains et est entérinée dans une convention. Il faudra ensuite rediscuter ou trouver un autre lieu pour accueillir le Pavillon.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus