Ecoles vaudoises: 100'000 livres ouverts pour stimuler la lecture

Plus de 100'000 livres se sont ouverts en même temps lundi matin dans les établissements scolaires ...
Ecoles vaudoises: 100'000 livres ouverts pour stimuler la lecture

Ecoles vaudoises: 100'000 livres ouverts pour stimuler la lecture

Photo: Keystone/LAURENT GILLIERON

Plus de 100'000 livres se sont ouverts en même temps lundi matin dans les établissements scolaires vaudois. Cette opération a lancé une campagne de mobilisation du canton pour (re)donner le goût de la lecture aux jeunes.

Intitulée 'Le bruit des pages', l'action s'est déroulée dans les 93 établissements scolaires vaudois. A 10h10 précises, les élèves, mais aussi les enseignants et le personnel de l'administration, ont lu le livre de leur choix durant dix minutes. 'L'objectif est d'offrir une respiration dans la journée et d'apprendre le plaisir de découvrir un texte', a expliqué la conseillère d'Etat Cesla Amarelle.

La cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) a elle-même participé à l'opération depuis l'établissement primaire Nyon Léman, où elle a lu quelques pages de 'L'Appel de la forêt' de Jack London. 'J'ai découvert ce livre à 10 ans et cela a été une vraie révélation', a-t-elle dit avant de s'asseoir au milieu des élèves présents à la bibliothèque de l'école.

Ce genre d'action, qui existe déjà à l'étranger et dans certaines écoles vaudoises, est appelé à se reproduire dans le maximum d'établissements du canton, a poursuivi Mme Amarelle. 'Il faut maintenir cette activité de lecture vivante', a-t-elle prôné, soulignant la 'tendance lourde' et 'préoccupante' qui voit les adolescents se détourner de plus en plus des livres. 'Ce sont les 13-16 ans qui sont les plus concernés', a-t-elle précisé.

Toute lecture bienvenue

La ministre socialiste a insisté sur la 'place centrale' de la langue écrite. 'Le fait de lire et écrire ouvre les portes du savoir et permet d'avoir une autonomie sociale, citoyenne et professionnelle. C'est aussi une forme d'expression culturelle majeure', a-t-elle remarqué.

Outre l'action 'Le bruit des pages', Cesla Amarelle a présenté d'autres recommandations faites aux établissements scolaires: coupler deux périodes consécutives de français pour avoir le temps de lire en classe, organiser des ateliers d'écriture créative, développer les bibliothèques et les coins lectures dans les écoles, encourager la pratique du théâtre et de la poésie.

La conseillère d'Etat a aussi insisté sur l'importance du choix des lectures. 'Il ne faut pas stigmatiser ceux qui préfèrent lire par exemple une BD ou un site internet. Toute forme de lecture est essentielle', a-t-elle indiqué. Elle a ajouté que pour de nombreux adolescents, le livre était trop souvent perçu comme un simple objet d'étude. 'Il faut transmettre cette capacité à aimer un livre', a-t-elle déclaré.

Aussi sur internet

Pour la cheffe du DFJC, les médias sociaux peuvent aussi s'avérer utiles pour autant que leur utilisation soit cadrée. Elle a ainsi cité les exemples de la Twictée (courte dictée sur Twitter) ou de Booktube (partage de coups de coeur littéraires sur Youtube).

Alors que l'illettrisme frappe 10 à 15% de la population adulte en Suisse, le canton de Vaud ne veut pas limiter son action aux seules écoles. Cesla Amarelle a rappelé qu'il était aussi important de soutenir tous les acteurs du livre.

Cela passe notamment par des bourses d'écriture, une aide ponctuelle aux maisons d'édition, un soutien aux manifestations culturelles ou une mise à disposition des livres via les bibliothèques, a-t-elle détaillé.

/ATS
 

Actualités suivantes