Avec Goretta, le cinéma était aussi en Suisse, selon Lionel Baier

Claude Goretta 'm'a autorisé à imaginer que je pouvais être cinéaste ici', a relevé Lionel ...
Avec Goretta, le cinéma était aussi en Suisse, selon Lionel Baier

Avec Goretta, le cinéma était aussi en Suisse, selon Lionel Baier

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Claude Goretta 'm'a autorisé à imaginer que je pouvais être cinéaste ici', a relevé Lionel Baier, rendant hommage au réalisateur décédé. 'L'Invitation' (1973) est son 'film de chevet'. Il lui a montré que le cinéma pouvait exister en Suisse.

'Je devais avoir 6 ans quand j'ai vu 'L'Invitation' à la télévision. Je me souviens avoir été touché par les accents d'ici, les billets de banque suisses, comme si le cinéma était aussi ici', a commenté jeudi Lionel Baier, interrogé par Keystone-ATS. Depuis, le cinéaste vaudois a revu ce film à de multiples reprises. Il le considère comme son 'film de chevet'.

''L'Invitation' est d'une incroyable modernité. Cette peinture sociétale portée au corps a quelque chose d'incroyablement romanesque, à la Russe', note Lionel Baier qui, à partir de ce film et à la demande de la Cinémathèque suisse, a réalisé en 2011 un portrait de son aîné, 'Bon vent Claude Goretta'.

Lionel Baier revient aussi sur la carrière de réalisateur pour la télévision de Claude Goretta: 'Il a fait des Maigrets de grande qualité. Il avait le besoin de tourner beaucoup, aussi pour des raisons alimentaires.' Pour Lionel Baier, ses premiers documentaires sont 'spectaculaires': 'Il était capable de passer beaucoup de temps à observer. Il traitait les gens avec beaucoup de précaution.'

Claude Goretta est resté, jusqu'à la fin de sa vie, intéressé par le cinéma qui se faisait aujourd'hui, note Lionel Baier. 'Il était curieux.'

/ATS
 

Actualités suivantes