Le degré de "romandicité" du PDC Urs Schwaller jaugé

A peine lancée, la course à la succession de Pascal Couchepin ravive le débat de la représentation linguistique au Conseil fédéral. Le degré de "romandicité" du probable candidat PDC Urs Schwaller est jugé différemment de parts et d'autres.Les médias se sont emparés du thème après que le président du PLR, Fulvio Pelli, a exclu l'élection du Fribourgeois car "M. Schwaller n'est pas romand". A lire la presse de mardi, les avis ne semblent pourtant pas aussi tranchés. /ATS


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus