La lutte contre la délinquance juvénile est souvent inutile

La plupart des mesures de lutte contre la délinquance juvénile ne servent à rien, constate le chef de la police judiciaire neuchâteloise Olivier Guéniat. Il se base notamment sur une récente étude longitudinale de l'efficacité des programmes de prévention.Le résultat de cette étude menée par Manuel Eisner, de l'Université de Zurich, est stupéfiant, juge Olivier Guéniat. Nonante-cinq pourcent de ces programmes ne servent à rien, sinon à satisfaire notre conscience, note-t-il dans une interview à l'hebdomadaire "Educateur", édité par le Syndicat des enseignants romands. /ATS


 

Actualités suivantes