Folie récompensée.

Des idées renversantes. Des idées renversantes.

Comme chaque année, quelques semaines avant la remise des prix Nobel, les «IgNobel» ont récompensé des scientifiques partis à la recherche de l'absurde.

C’était hier, la 21e édition des IgNobel a été organisée à la prestigieuse université Harvard, près de Boston. La dizaine de récompense a été décernée par de (vrais) prix Nobel. Pour gagner, les scientifiques devaient «d'abord faire rire, puis ensuite faire penser». Parce qu’on peut être tordus, ça ne doit empêcher de se poser des questions…

Voici la liste des principaux vainqueurs :

Le prix médecine est revenu à une équipe allemande, belge et australienne, qui a établi que notre faculté à prendre des décisions est altérée par une envie pressante d'aller aux toilettes?

Prix de psychologie est revenu à un professeur de l’université d’Oslo qui se demandait: «Pourquoi est-ce qu’on soupire dans la vie de tous les jours ? »

Une équipe s'est intéressée à une tentative d'accouplement entre un scarabée et une... cannette de bière. C’est une étude australo-canado-américaine qui a été menée par Darryl Gwynne et David Rentz, qui a été récompensées dans la catégorie «biologie».

Un groupe de chercheurs franco-néerlandais a raflé le prix de physique pour avoir réussi à déterminer «pourquoi les lanceurs de disque sont pris de vertige, alors que les lanceurs de marteau pas du tout».

Pour le prix « pratique », des chercheurs japonais ont déterminé quelle quantité de poudre de wasabi était nécessaire pour être réveillé en cas d'incendie.

Le prix de mathématiques a été décerné ironiquement à six universitaires selon qui le monde aurait déjà dû, ou va, s'écrouler. Ils se sont vus remercier «pour avoir appris au monde à faire attention avant d'avancer des hypothèses mathématiques».

Enfin, le prix de la paix est allé au maire de Vilinus en Lituanie, Arturas Zuokas, qui a employé la manière forte contre le stationnement illégal dans sa ville, en écrasant avec un blindé une Mercedes garée sur une piste cyclable en centre-ville.

Ce sont les Ignobel, les prix Nobel pour esprits tordus. C’est drôle mais quand même… C’est un peu moins drôle quand on pense que ce genre de recherche est financé par notre porte-monnaie…

Heureusement, aucun suisse n’est dans le tas !


Actualisé le