Vivre ici en venant d'ailleurs

Avec Claude Sebbak, française d'Algérie, de confession israélite.

Claude Sebbak

Troisième et dernier épisode d’une série de portraits consacrée aux immigrés et à leur religion dans le cadre de «Vivre ici en Venant d’ailleurs». Aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec Claude Sebbak, de confession israélite.
Anne Onidi l’a rencontrée chez elle, à Cernier, à la fin des fêtes de Pâques. Dans la religion juive, les codes alimentaires revêtent une importance particulière. Notre invitée, qui est une boulangère-pâtissière hors pair, nous en parle dans sa cuisine.

Claude Sebbak et son mari sont issus de familles françaises installées depuis 4 générations en Algérie. Le couple a fui le pays en 1961, durant la guerre d’indépendance.
Anne Onidi leur a demandé ce qui les a conduits en Suisse. Au détour de la conversation, Martial Sebbak, musicien qui a été très actif dans différentes fanfares neuchâteloises, joue des airs de piano.

Dans l’imposante synagogue de la Chaux-de-Fonds, qui a fêté ses 120 ans l’an dernier, Claude Sebbak raconte le lien qu’elle a tissé avec ce lieu.
Anne Onidi a demandé à cette volubile septuagénaire depuis quand elle fréquentait la synagogue.

Vivre ici en venant d’ailleurs revient le lundi 7 août avec le premier volet d’une série de trois portraits consacrés aux immigrés hautement qualifiés, venus en Suisse par le biais d’un contrat de travail.

Cette rubrique est soutenue par le Service de la cohésion multiculturelle du canton de Neuchâtel.