Ecarts de la mode

Robe en préservatifs La robe composée de 700 préservatifs.

La mauvaise bonne idée de cette semaine, c’est la robe en préservatif

On avait déjà le sac. Maintenant, on a la tenue complète. À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, un designer vietnamien a réalisé une robe entièrement conçue à partir de préservatifs.

Nguyen Minh Tuan, étudiant à Ho Chi Minh Ville a assemblé 700 capotes, enroulées et déroulées pour élaborer cette robe. Le résultat est assez bluffant puisqu’au-delà du support insolite, la robe, elle, a une coupe assez fin Le jeune homme a imaginé cette création originale dans le cadre de son projet de fin d'études, "Breaking the Condom Taboo", une réflexion sur la société vietnamienne qui considère encore le latex comme tabou.

La robe en préservatifs, du jeune styliste vietnamien Nguyen Minh Tuan. Alors, on salue volontiers la démarche, l’impulsion aussi pour promouvoir le préservatif. Seulement, y a quand même un léger souci avec cette création, personnellement, j’ai un peu peur que les gens finissent par croire que les préservatifs ne se portent que sur les épaules…

Des mannequins 100% virtuels. Des mannequins 100% virtuels.

Ces mannequins ont la taille ultra fine, des jambes interminables, un ventre ferme et plat, des seins ni trop petits, ni trop gros, bref, ils sont parfaits! Sauf que ces filles aux courbes idéales n'existent pas...

La chaîne de vêtements H&M a reconnu avoir ajouté des "têtes" de vrais mannequins sur un corps dessiné sur ordinateur. La marque était sous le feu des critiques en Suède depuis l'apparition sur son site Internet de ces demoiselles un peu trop parfaites.

Il n'était en effet pas difficile de remarquer que toutes les demoiselles présentant les maillots et bikinis avaient étrangement les mêmes proportions. La seule différence? La couleur de la peau (qui a été modifiée pour correspondre au visage de chaque modèle). Un porte-parole de H&M a expliqué que l'intention était d'attirer l'attention sur les vêtements au lieu des corps des modèles.

Pour la Norwegian Broadcasting Corporation, la compagnie crée de cette manière des idéaux physiques irréalistes. "Cela illustre très bien les exigences esthétiques surréalistes concernant le corps féminin. Celles-ci sont tellement grandes que H&M ne peut pas trouver quelqu'un avec un visage et un corps qui correspond à ces dictats de la mode!". (7sur7Sydney/ca)


Actualisé le