Violence et football

Terrain de football

L’histoire pourrait s’intituler "le football de talus et ses débordements croissants". C’est le thème de notre série réalisé avec différents acteurs du ballon rond : joueurs, entraîneur, arbitres et dirigeants de l’ANF, l’Association neuchâteloise de football.

Le football neuchâtelois a été récemment secoué par deux faits divers, (bagarre générale en juniors et agression sur un arbitre),  qui suscitent  une interrogation: les incivilités sont-elles devenues beaucoup  plus nombreuses non seulement sur le terrain mais aussi autour de celui-ci? Ou au contraire, ont-elles toujours fait partie du paysage?

Marcel Neuenschwander a mené l’enquête:

Entraîneur, responsables de club, dirigeants neuchâtelois: tous s’accordent à dire que la violence physique et verbale augmente. Elle débouche aussi sur des débordements graves.

Revenons sur l’exemple du match de juniors A entre Deportivo et le Team Littoral. Principaux protagonistes de la bagarre, les joueurs de Deportivo parlent de provocations et de propos raciste. Témoignage…

Le phénomène n’est pas propre au football neuchâtelois. Interrogé à ce propos, le président de la Commission de jeu de l’Association fribourgeoise tire le même constat.

Des arbitres neuchâtelois montent aux barricades. Ils estiment surtout que le phénomène est par trop banalisé et surtout insuffisamment sanctionné. Benjamin Breat, qui siffle en 2e Ligue,  livre un exemple concret après avoir reçu en plein visage un verre d’eau lancé par un joueur…

Benjamin Bréat demande plus de soutien de la part l’Association neuchâteloise de football. Il estime aussi que celle-ci ne se montre pas suffisamment sévère. Patron des arbitres neuchâtelois, Mario Chatagny botte en touche…

Cette violence a tendance à être banalisée et insuffisamment sanctionnées: Francis Portner n’est pas le seul à le penser. Ancien joueur de ligue nationale, entraîneur de 1re Ligue, il est devenu arbitre sur le tard. Il estime  que les arbitres ne sont pas assez soutenu par les instances dirigeantes de l’ANF, l’Association neuchâteloise de football:

Francis Portner laisse bien entendre que l’Association neuchâteloise de football se montre trop clémente et minimise parfois des faits qui sont graves.

Président de l’ANF, Alain Grosjean est conscient que la violence est plutôt en augmentation sur et autour des terrains régionaux depuis cinq ans. Il ne livre pas vraiment de solution pour l’éradiquer…

Un sujet réalisé par Marcel Neuenschwander.


Actualisé le